Wall Street marque le pas: le Dow Jones baisse mais le Nasdaq monte

le
0

Wall Street a marqué le pas mercredi, les investisseurs rééquilibrant leurs portefeuilles après la forte hausse consécutive à l'élection de Donald Trump: le Dow Jones a reculé de 0,29% mais le Nasdaq a avancé de 0,36%.

Selon les résultats définitifs, l'indice vedette Industrial Average a perdu 54,92 points à 18.868,14 points, ce qui met un terme à une série de sept séances consécutives de hausse. Le Nasdaq a monté de 18,96 points à 5.294,58 points.

L'indice élargi S&P 500 a concédé 3,45 points, ou 0,16%, à 2.176,94 points.

"Il y a une sorte de rééquilibrage et certaines des actions qui sont vendues font partie du Dow Jones. C'est pourquoi le Dow Jones est autant à la traîne du Nasdaq", a expliqué Michael James de Wedbush Securities.

Ainsi, les grandes banques JPMorgan et Goldman Sachs, toutes deux membres de l'indice vedette de Wall Street, ont nettement reculé, respectivement de 2,47% à 77,40 dollars et de 2,33% à 206,26 dollars.

"Les valeurs financières avaient été les grandes gagnantes de l'élection la semaine dernière. Je pense que la hausse a été un peu exagérée et que les investisseurs encaissent leurs gains", a expliqué Bill Lynch de Hinsdale Associates.

Le secteur avait profité de l'espoir de voir les réglementations le concernant allégées par Donald Trump et surtout par la remontée des taux d'intérêts sur le marché obligataire.

A ce sujet après avoir beaucoup monté depuis les résultats de l'élection, le rendement des bons du Trésor à 10 ans baissait à 2,208% vers 21H40 GMT contre 2,228% mardi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,907% contre 2,966% précédemment.

Le marché obligataire, dont les investisseurs avaient retiré une partie de leurs capitaux pour les placer sur les marchés d'actions, remontait donc un peu.

- Lowe's recule -

A la Bourse, les investisseurs sont revenus mercredi vers les titres phares du secteur technologique, faisant progresser le Nasdaq. Ils avaient été délaissés dans la période de forte hausse de Wall Street.

Ainsi Amazon a pris 0,39% à 746,13 dollars, Apple 2,74% à 110,04 dollars ou Alphabet, la maison-mère de Google 0,79% à 764,48 dollars.

En revanche Facebook, qui a reconnu de nouvelles erreurs dans le décompte de son audience, a perdu 0,73% à 116,34 dollars même si le groupe a affirmé que cela n'affectait pas les données servant de base de calcul pour facturer les publicités visionnées sur son réseau.

Plus généralement, "une poursuite du mouvement (de hausse) de la semaine dernière, particulièrement pour le secteur financier et celui des infrastructures, nécessite un peu plus de conviction et de détails de la part de l'équipe de transition de M. Trump", a jugé Michael James de Wedbush Securities.

Dans ce contexte, les investisseurs ont semblé faire peu de cas d'indicateurs américains ressortant un peu en dessous des attentes des analystes.

Ils ont pris connaissance aux Etats-Unis d'une stabilité des prix à la production en octobre et surtout de la stagnation inattendue de la production industrielle sur le même mois.

"La météo très clémente (...) a réduit la demande d'énergie pour le chauffage", a expliqué Ian Sheperdson, de Pantheon dans une note, qui jugeait les détails des chiffres par ailleurs "corrects".

La hausse continue du dollar, susceptible de pénaliser les exportations et les multinationales, commence en revanche à être source d'inquiétudes.

Parmi les autres valeurs, le groupe Lowe's spécialisé dans les articles pour la maison et de bricolage, a perdu 2,94% à 67,02 dollars après avoir fait état d'un bénéfice trimestriel par action décevant.

La chaîne de supermarchés Target a en revanche fait mieux que prévu au dernier trimestre et a bondi de 6,42% à 76,03 dollars.

lla/jdy/aro


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant