Wall Street: limite nettement la casse grâce au titre Apple.

le
0

(CercleFinance.com) - Même si cette entame d'année boursière est la pire observée depuis 1932, Wall Street s'épargne un scénario de chute libre à la chinoise, les cotations ayant été suspendues à Shanghai et Shenzhen lorsque le repli moyen a atteint la limite maximum de -7% (après la publication d'un indice PMI manufacturier Caixin/Markit ressorti à 48,2 contre 48,9 prévus et 48,6 en novembre, son 10ème mois consécutif de repli).

Même si l'hypothèse d'un 'soutien opportun' des indices US au cours de la dernière demi-heure semble plausible, de toutes façons, aucun dérapage incontrôlé n'a émaillé la séance à Wall Street.

Une forte pression baissière s'est exercée durant de longues heures (les pertes se creusant jusque vers 3,3% pour le Nasdaq) mais les ventes ont été correctement absorbées, ce qui a encouragé quelques rachats à bon compte (Apple servant de levier) et permis de préserver au final des seuils techniques importants comme 4.900 sur le Nasdaq (4.847 au plus bas) ou 2.000 sur le 'S&P' (-1,51% à 2013), sans oublier le Dow Jones, tombé un moment sous les 17.000 mais qui en termine à 17.150 (-1,58%).

Notons que le VIX fait en séance un bond de +25% vers 23,4 avant que son envol se retrouve divisé par 2 à +14% (à 20,8), s'éloignant du plafond technique décisif (celui des 24).

Il semble clair que le titre Apple, avec son statut de 1ère capitalisation planétaire et de composante majeure des 3 grands indices US, faisait figure de 'benchmark': c'est donc sur cette valeur stratégique que se sont concentrés les rachats 'tactiques'.

D'une perte initiale de -3%, Apple a été vigoureusement repris en main et ramassé jusqu'à ce que son cours repasse en territoire positif (à une heure de la clôture): les acheteurs n'ont ensuite rien lâché et le titre finit sur un gain symbolique de +0,1%.

L'impact indiciel du titre Apple se situe certainement autour de +0,25% pour le Dow Jones et +0,3% sur le Nasdaq-100, sans oublier l'effet d'entrainement sur nombre de 'technos'.

Un autre titre revient de très loin également: il s'agit de Netflix qui finit en repli de -3,9% mais qui perdait plus de -7% en début de séance.

Pas de sursaut salvateur en revanche pour Tesla -6,9%, Fossil -6,2%, Yahoo -5,6%, eBay -3,8%, Gilead -3,1%, etc.

Le Dow Jones a été plombé par Dupont -5,3%, JP-Morgan -3,5%, Travellers et Visa (-2,6% et -2,3% respectivement).

Le S&P500 -malgré l'évolution erratique et volatile du pétrole- a bénéficié du rebond de Chesapeake +10%, Consol +8,5%, Range +4,6%, Nal Oilwell +3,2%, Oneok +2,8%, Williams +2,1%, Marathon +1,8% (le baril de WTI a navigué entre 38,4$ et 36,9$ en clôture).

En ce qui concerne 'le chiffre du jour', il n'a certainement pas beaucoup contribué au rebond de la fin de séance: l'indice ISM américain des directeurs d'achat est ressorti en baisse à 48,2 contre 48,6 en novembre, ce qui démontre que les hypothèses de croissance avancées par la FED sont probablement trop optimistes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant