Wall Street-Le "mur budgétaire" menace le rally de décembre

le
1

par Chuck Mikolajczak

NEW YORK, 2 décembre (Reuters) - En temps normal, la série de statistiques de la semaine à venir constituerait un tremplin idéal pour le traditionnel rally de fin d'année à Wall Street.

A 16 reprises au cours des 20 dernières années, le mois de décembre a été faste pour l'indice S&P-500 .SPX , baromètre de la Bourse américaine.

Mais depuis le 7 novembre, lendemain des élections, les investisseurs ont les yeux rivés sur le "mur budgétaire" qui menace de faire retomber les Etats-Unis en récession.

Sauf accord entre la Maison blanche et le Congrès, ce sont quelque 600 milliards de dollars de hausses d'impôts et de réductions de dépenses qui prendront automatiquement effet le 1er janvier. Or à ce jour, les négociations budgétaires entre l'exécutif et les républicains - majoritaires à la Chambre des Représentants - n'ont produit aucun résultat tangible.

Dans ce contexte, les indicateurs économiques de la semaine, dont les sacro-saints chiffres mensuels de l'emploi attendus vendredi, risquent de passer au second plan et ce d'autant plus qu'ils auront peut-être été faussés par le passage de l'ouragan Sandy sur la côte Est fin octobre-début novembre.

"On a une semaine riche en statistiques, dont certaines refléteront les effets de Sandy, ce qui risque d'être légèrement négatif pour le marché. Mais tout cela est déjà plus ou moins dans les cours et le principal centre d'intérêt reste le 'fiscal cliff'", dit Peter Cardillo, économiste chez Rockwell Global Capital à New York.

Les craintes entourant la "falaise fiscale" - le mur budgétaire - ont fait baisser le S&P-500 au cours des deux semaines qui ont suivi les élections. Il a ensuite repris près de 4% dans l'espoir d'un compromis à Washington et à la faveur d'achats à bon compte, pour finalement terminer novembre dans le vert (+0,29%).

PRUDENCE, PRUDENCE

Mercredi, des déclarations encourageantes de John Boehner, le président de la Chambre des Représentants, ont fait bondir le S&P de 20 points en séance, mais le lendemain des propos moins optimistes du même homme ont fait rechuter l'indice.

Dimanche, John Boehner a dit qu'il ferait "tout son possible" pour éviter le mur budgétaire. Mais l'élu de l'Ohio, plus que jamais en première ligne, reste opposé aux hausses d'impôt pour les plus aisés prônées par l'administration Obama.

"Il est rare que le marché soit focalisé sur un unique facteur, mais c'est le cas et ça devrait encore l'être pendant deux semaines ou plus", constate Sandy Lincoln, chez BMO Asset Management U.S. à Chicago.

Le dernier baromètre de l'Association américaine des actionnaires individuels sur le sentiment des investisseurs reflète la prudence ambiante.

Le sentiment positif a certes dépassé les 40% pour la première fois depuis le 23 août, mais le sentiment négatif est resté au-dessus de sa moyenne historique (30,5% des répondants) pour la 14e semaine consécutive.

Les analystes sont tout aussi partagés.

Les uns veulent croire à un rally de fin d'année malgré tout, comme Ryan Detrick, de Schaeffer's Investment Research à Cincinatti. "Pour valables qu'elles soient, les inquiétudes sur le mur budgétaire sont peut-être exagérées", dit-il en estimant que le marché a trouvé son plancher en novembre.

"On est dans une fenêtre favorable du point de vue du calendrier et on est bien positionnés pour connaître un bon mois de décembre", veut-il croire.

A l'inverse, Phil Orlando, chez Federated Investors à New York, juge que la gravité de la situation budgétaire invalide tout calcul de saisonnalité. "Peu importe le calendrier. On a affaire à des circonstances exceptionnelles qui pourraient très bien faire retomber l'économie en récession", s'inquiète-t-il. "Et tout cela dépend exclusivement de nos élus à Washington !".

Voir aussi : Compte rendu de la séance de vendredi ID:nL5E8MU4DL "The Day Ahead" - Le point sur la prochaine séance DAY/US Les indicateurs de la semaine ID:nPEFADIA04

(Véronique Tison pour le service français)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • f.lagny le dimanche 2 déc 2012 à 19:34

    "Et tout cela dépend exclusivement de nos élus à Washington !".Si tout dépend des élus à Washington et ailleurs, alors c'est merveilleux tout va s'arranger.