Wall Street: lâche prise en toute fin de séance, FED morose.

le
0

(CercleFinance.com) - Séance sans relief et sans émotion: la volatilité fut quasiment absente durant 90% de la séance et Wall Street se retrouve victime, comme les places européennes d'un petit accès de faiblesse au cours du dernier quart d'heure.

Le Dow Jones est resté enfermé durant 6 heures au sein d'un corridor 17.700/17.750Pts avant de perdre pied pour finir presque au plus bas du jour, en repli de -0,2%, score identique à celui observé sur le S&P500 et le Nasdaq.

Le score global du second trimestre demeure cependant positif à 48H de la séance des '4 sorcières'... mais il ne faudra pas reperdre plus de 1% supplémentaire au risque de finir 'flat'.

Malgré la franche lourdeur de la toute fin séance, le 'VIX' enregistre un net reflux (-7% à 19) et son envolée vers 22 en début de semaine ne s'est pas traduite par un renforcement des pressions baissières.

Le communiqué final de la FED n'a provoqué aucune surprise: le FOMC laisse -à l'unanimité- son taux directeur inchangé et le diagnostic économique présenté ce soir laisse peu de place pour l'anticipation d'un tour de vis fin juillet.

La FED abaisse par exemple ses prévisions de croissance pour 2016 et pour 2017 à +2% (c'est 0,3% de moins pour 2017) bien que 'l'activité économique américaine semble avoir accéléré' (après +0,8% au 1er trimestre, le second verra t'il le PIB doubler la cadence et dépasser les +1,5%?).

Mais les derniers chiffre de l'emploi sont jugés 'inquiétants', l'inflation reste loin de l'objectif des 2%... autant de raisons de se montrer attentiste.

La majorité des membres du FOMC penche malgré tout pour le scénario de deux hausses de taux d'ici la fin de l'année: il ne peut s'agir que de septembre puis décembre... mais le 'marché' n'en attend plus qu'une, et encore, il n'y a que 49% d'opérateurs qui parient sur le 14 décembre contre 51% pour début février 2017.

Et le FOMC revoit à la baisse le rythme de hausses pour 2017 et 2018, ce qui remet en question les projections en matière d'inflation et de PIB.

Les opérateurs US ont eu quelques motifs de reprendre un peu confiance dans la conjoncture présente avec l'indice d'activité industrielle de la FED de New-York -l'Empire State- qui se redresse vivement, de -9Pts vers +6Pts en juin.

L'indice des prix à la production a progressé de +0,4% en mai (par rapport à avril) mais reste négatif de -0,1% sur 12 mois; hors énergie et variables volatiles, le PPI ressort à seulement +0,8%.

Le Nasdaq-100 finit en baisse de -0,4%, plombé par les valeurs du secteur santé avec Endo -2%, Walgreen-Boots et Alexion -1,3%, Amgen et Celgene puis Vertex -1% (une exception: Biomarin qui grimpe de +3,7%).

A noter également la chute de -1,6% du géant Intel et de -0,4% d'Apple.

A noter la poursuite de la décrue des taux longs avec une détente de -3,5Pts du T-Bond qui inscrit un nouveau plancher annuel de 1,578%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant