Wall Street, inquiète de l'enquête sur Clinton, finit en repli

le , mis à jour à 23:05
0
LES MARCHÉS AMÉRICAINS CLÔTURENT EN BAISSE
LES MARCHÉS AMÉRICAINS CLÔTURENT EN BAISSE

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini en légère baisse vendredi, ayant effacé ses gains après l'annonce par le directeur du FBI que l'agence fédérale allait ouvrir une enquête sur de nouveaux courriels d'Hillary Clinton lorsqu'elle était secrétaire d'Etat.

L'indice Dow Jones a cédé 8,49 points, soit 0,05%, à 18.161,19. Le S&P-500, plus large, a perdu 6,63 points, soit 0,31%, à 2.126,41. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 25,87 points (-0,50%) à 5.190,10 points.

Sur l'ensemble de la semaine, le Dow a gagné 0,1%, le S&P a perdu 0,7% et le Nasdaq a reculé de 1,3%.

Dans une lettre envoyée à plusieurs parlementaires républicains, le patron du FBI James Comey a fait savoir que le FBI allait à enquêter sur de nouveaux courriels envoyés par Hillary Clinton depuis sa messagerie personnelle quand elle était secrétaire d'Etat pour déterminer si ces messages contenaient des informations confidentielles.

L'annonce constitue un rebondissement inattendu à moins de deux semaines de l'élection présidentielle américaine, notamment pour les marchés qui tablent sur une victoire de Clinton. Mais après un instant de panique, le marché a repris confiance.

"L'annonce a frappé, tout le monde a paniqué pendant une seconde en se disant que cela allait influer sur le résultat de l'élection", a dit Stephen Massocca de Wedbush Equity Management LLC. "Puis les investisseurs se sont calmés et ont réfléchi à ce que cela voulait vraiment dire: que très vraisemblablement cela n'aurait pas réellement d'impact sur l'élection."

Le S&P-500 a perdu jusqu'à 0,6% juste après l'annonce.

Les marchés avaient été portés depuis le début de la séance par la vigueur de l'économie américaine au troisième trimestre, tandis que les bons résultats d'Alphabet et de Chevron compensaient le repli d'Amazon et du secteur de la santé.

La croissance du PIB américain a atteint au troisième trimestre son plus haut niveau en deux ans, grâce à la vigueur des exportations et au rebond des stocks, qui ont compensé le ralentissement de la consommation, montre la première estimation du produit intérieur brut, publiée vendredi.

Ces données augmentent la probabilité d'une hausse des taux de la Fed d'ici la fin de l'année. Les investisseurs ne s'attendent pas à ce que la Réserve fédérale relève ses taux à sa prochaine réunion de novembre, qui se tiendra quelques jours seulement avant l'élection présidentielle américaine, mais ils jugent très probable qu'elle le fera au mois le mois suivant.

Les anticipations de marché font ressortir une probabilité de 83% d'une hausse des taux directeurs en décembre après la publication du PIB au troisième trimestre, contre 78,3% avant.

L'attention des investisseurs a été par ailleurs largement focalisée pendant la séance sur les résultats des entreprises, qui semblent sortir d'un marasme qui aura duré un an.

Nombre de sociétés du S&P ont publié des résultats meilleurs que prévu et les analystes tablent désormais sur une croissance de 3% des profits du troisième trimestre, selon Thomson Reuters I/B/E/S. La bonne performance du secteur financier devrait compenser la contre-performance des valeurs de l'énergie.

L'action du géant du commerce en ligne Amazon, en baisse de 5,14%, sa plus mauvaise performance en près de neuf mois, à 776,32 dollars au lendemain de l'avertissement sur ses perspectives de ventes pendant la période des fêtes de fin d'année, a pesé lourdement sur l'indice S&P-500.

"(La tendance du jour) est le résultat de plusieurs éléments qui tirent en sens contraires", a dit Brad McMillan de Commonwealth Financial Network. "C'est la certitude que les résultats sont en hausse, contre l'incertitude persistante sur l'élection (présidentielle américaine) et la Fed."

Chevron a pris 3,9% mais Exxon Mobil a perdu 2,46% après avoir tous deux annoncé un bénéfice trimestriel en forte baisse mais supérieur au consensus.

Alphabet, maison mère de Google, a grignoté 0,27% à 819,56 dollars après avoir annoncé la veille un chiffre d'affaires en hausse de 20,2% et meilleur que prévu au titre du troisième trimestre, grâce à une forte croissance de ses revenus publicitaires sur appareils mobiles.

MasterCard a gagné 3,19%. Le numéro deux mondial des paiements a annoncé une augmentation de 21,2% de son bénéfice trimestriel grâce à une hausse des dépenses de ses clients.

"Nous sommes en ce moment un peu pris entre le sentiment que la période des résultats touche à sa fin et les craintes suscitées par de grandes entreprises comme Amazon et Apple qui déçoivent par rapport aux attentes", a ajouté pour sa part Art Hogan, stratège chez Wunderlich Securities.

Dans le secteur de la santé, Amgen a plongé de 9,58% à 145,18 dollars. Le leader mondial des biotechnologies a publié un bénéfice trimestriel meilleur que prévu, grâce à une baisse de ses coûts et dépenses de R&D, et a relevé sa prévision de bénéfice annuel pour le troisième trimestre consécutif.

(Yashaswini Swamynathan et Chuck Mikolajczak, Juliette Rouillon pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant