Wall Street: gros coup de blues sur biotechs et distribution

le
0

(CercleFinance.com) - Ce que la séance de mardi avait fait, celle de mercredi le défait... à 90%.

Le Dow Jones a reperdu -1,21% sur les 1,25% gagnés la veille (plombé par la chute de Disney de -4,1%), le Nasdaq -1,05% et le S&P500 -0,95%.

La bonne tenue du pétrole (+3% à 46,1$) a été ignorée, de même que la décrue du Dollar (-0,6%) pourtant sensée bénéficier aux exportatrices US.

La seule 'stat' du jour concernait les stocks hebdomadaires de pétrole US, lesquels ont fondu de -3,4Mns barils selon l'AIE (et -1,2Mns barils pour l'essence): c'est l'une des conséquences mécanique de la chute des exportations de pétrole 'lourd' de l'Alberta depuis une semaine qui met les raffineries du nord des Etats Unis partiellement au chômage technique et permet d'écouler un partie des stocks de 'brut'.

Les valeurs pétrolières ont plutôt bien résisté avec +4,4% sur Marathon Oil, Devon +3,2%, +1,9% sur Conoco Philips, Nal Oilwell, Williams, Halliburton, Apache et Murphy Oil +1,7%.

C'était cependant insuffisant pour contrebalancer une grosse vague de dégagements sur les 'biotechs/pharmas', Endo s'effondrant de -12,7%, Vertex chutant de -6,1%, Biomarin -5,9%, Alexion -4,55%, Incyte -3,9%, Regeneron -3,6%, Mylan et Celgene de -2,8%, Gilead -2,65%, United Health de -2,3%).

Les valeurs du secteur distribution ont subi de lourds dégagements allant de -5 à -5,5% sur Target, Ralph Lauren, Ross Stores, Urban Outfitters, Bed Bath & Beyond puis -3,8% sur Nike et Gap après l'échec de la fusion entre Staples (-18,3%) et Office Depot (qui s'est désintégré de -40,4%).

Un échec dont les autorités de la concurrence sont largement responsables et qui fait bien les affaires de leur concurrent Amazon, en hausse de +1,5%, à contre-courant (en solo) du secteur de la 'distrib'.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant