Wall Street finit sur une note stable, l'Ukraine en vue

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Rodrigo Campos

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a clôturé sur une note stable mercredi, après ses fortes variations des deux séances précédentes, les investisseurs ayant faiblement réagi à la publication d'indicateurs mitigés sur l'emploi et dans les services, tout en restant attentifs à l'évolution de la situation en Ukraine.

Le "Livre beige" de la Fed publié en fin de séance, montrant que le froid avait affecté la consommation ces dernières semaines et provoqué un ralentissement de la croissance, voire une contraction de l'activité, dans certaines régions, n'a pas non plus eu beaucoup d'impact.

Selon l'enquête ADP, le secteur privé américain a créé 139.000 postes en février alors que le marché en attendait 160.000. Le chiffre de janvier a été revu en baisse, à 127.000 contre 175.000 annoncé initialement.

L'autre indicateur marquant du jour, l'indice PMI des services, est ressorti légèrement au-dessus de l'estimation initiale, mais en baisse par rapport à janvier.

L'indice Dow Jones a cédé 35,70 points, soit 0,22%, à 16.360,18 points. et le S&P-500, plus large, a perdu 0,10 point (-0,01%) à 1.873,81 points. Le Nasdaq Composite en revanche a avancé de 6,002 points (+0,14%) à 4.357,97 points.

Les trois grands indices avaient rebondi de plus de 1% mardi, regagnant le terrain cédé la veille, les craintes liées à la situation en Ukraine s'étant en partie apaisées.

Toutefois, les marchés devraient rester volatils, avec une situation en Ukraine encore loin d'être stabilisée malgré les premiers signes d'apaisement et la recherche d'un dialogue.

Londres, Washington et Kiev, dont les ministres des Affaires étrangères se sont réunis dans la journée à Paris, ont appelé dans un communiqué commun à l'ouverture d'un dialogue direct entre l'Ukraine et la Russie.

Le chef de la diplomatie américaine, John Kerry, a déclaré qu'un certain nombre d'idées avaient été lancées pour tenter de trouver une issue à la crise ukrainienne et que les discussions allaient se poursuivre dans les prochains jours.

"Le marché a besoin de se recaler après la volatilité qu'il a connu cette semaine", dit Peter Kenny, directeur générale de Clearpool Group à New York. "Nous sommes toujours à la merci des développements en Ukraine", ajoute-t-il néanmoins.

Aux valeurs, le géant pétrolier Exxon Mobil a abandonné 2,82%, la plus forte baisse du Dow, après avoir revu à la baisse ses prévisions d'investissement et dit s'attendre à une stagnation de sa production cette année.

A la hausse, Smith & Wesson a bondi de 16,44% après des résultats trimestriels meilleurs qu'attendu, grâce entre autres à une hausse de 29% de ses ventes d'armes de poing.

Facebook a fait un bond en avant de 4,03% à 71,57 dollars, après avoir atteint record historique de 71,97 dollars.

Le secteur financier a également été bien orienté avec un indice S&P sectoriel en hausse de 0,70%, soutenu par Bank of America qui a pris 3,17% et Morgan Stanley qui a gagné 2,8%.

(Juliette Rouillon pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant