Wall Street finit sur une note prudente avant la Fed

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini sans grand changement mercredi et loin de ses plus hauts du jour, partagée entre le soulagement après la décision allemande sur le fonds de soutien permanent de la zone euro et à la prudence à la veille des décisions de la Réserve fédérale.

La Cour constitutionnelle allemande, qui siège à Karlsruhe, a rejeté l'ensemble des plaintes déposées contre le projet de loi créant le Mécanisme européen de stabilité (MES) et contre le pacte budgétaire de la zone euro, levant ainsi l'un des principaux obstacles au processus de résolution de la crise de la dette.

Les investisseurs ont désormais les yeux tournés vers la Fed, dont le comité de politique monétaire (FOMC) pourrait annoncer jeudi un troisième cycle d'"assouplissement quantitatif" (QE3) afin de faire baisser les taux du crédit.

La banque centrale américaine a racheté pour 2.300 milliards de dollars de titres sur les marchés dans le cadre des deux premiers plans de QE.

Selon une nouvelle enquête de Reuters, les économistes estiment désormais à 65% la probabilité d'un QE3 face à la faiblesse persistante du marché de l'emploi et de la croissance. Les experts interrogés prévoient seulement 1,7% de croissance en rythme annualisé pour le trimestre en cours,

Mais l'anticipation de ces mesures a déjà alimenté la hausse des marchés ces dernières semaines et leur annonce formelle pourrait déclencher des prises de bénéfice, soulignent certains analystes.

BOEING BAISSE ALORS QU'EADS ET BAE PARLENT FUSION

"Le marché a intégré une bonne dose d'optimisme quant au fait que le QE3 aura bien lieu", explique Catherine Avery, présidente de Catherine Avery Investment Management. "On pourrait se retrouver dans une situation où on achète la rumeur et où on vend la nouvelle."

L'indice Dow Jones des 30 principales valeurs de la cote, après avoir effacé ses gains du début de séance, a terminé sur une progression de 9,99 points, soit 0,07%, à 13.333,35. Le Standard & Poor's 500, plus large, a pris 3,0 points (+0,21%) à 1.436,56 et le Nasdaq Composite a progressé de 9,79 points (+0,32%) à 3.114,31.

Le S&P 500 affiche une hausse de plus de 9% depuis début juin, favorisée principalement par les anticipations de nouvelles initiatives des grandes banques centrales. Mais il est n'est pas parvenu à s'installer durablement au-dessus du seuil de 1.438-1.440 points considéré comme une importante résistance.

Apple a fini en hausse de 1,39% après la présentation officielle de l'iPhone 5, la nouvelle version du "smartphone" du groupe, dotée comme attendu d'un écran plus large et prêt pour les réseaux mobiles de quatrième génération.

Toujours sur le Nasdaq, Facebook a bondi de 7,73% après des déclarations de son fondateur et directeur général, Mark Zuckerberg, soulignant notamment le potentiel de croissance offert au réseau social par le mobile.

A la baisse, Boeing a cédé 0,44% alors que son grand concurrent EADS, maison mère d'Airbus, discute d'une possible fusion avec le britannique BAE Systems.

Wanfeng Zhou, Marc Angrand pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant