Wall Street finit la semaine sur une note étale

le , mis à jour à 00:33
0
    * Gain de 0,05% pour le Dow et perte de 0,09% pour le S&P 
    * Recul de 0,11% pour le Nasdaq 
    * Baisse des futures sur indices après l'annonce du putsch 
turc 
 
 (Actualisé avec une citation sur le pustch turc, recomposition) 
    par Yashaswini Swamynathan et Rodrigo Campos 
    NEW YORK, 15 juillet (Reuters) - Wall Street a terminé sans 
tendance bien nette vendredi, des ventes au détail meilleures 
que prévu et des résultats bancaires décevants s'étant annihilés 
réciproquement. 
    Malgré tout, les trois indices ont enregistré leur troisième 
semaine consécutive de gains mais les futures sur indices 
boursiers ont fléchi en après-Bourse en réaction à des 
informations faisant état d'une tentative de pustch en Turquie. 
       
    Un fonds indiciel qui suit l'évolution du marché turc 
 TUR.P  a chuté en fin de séance et perdait près de 7% après la 
clôture. La livre turque a touché un plus bas de trois semaines 
contre le dollar  TRY=D4  et perdait plus de 3% à 2,9755 par 
dollar.   
    "Les rendements (des Treasuries) ont baissé, la livre turque 
a chuté, l'or monte: c'est la réponse type à ce genre de 
situation", dit Brian Jacobsen (Wells Fargo Funds Management). 
"Je ne crois pas qu'il y aura des répercussions ailleurs. Ce 
n'est pas comme le Printemps arable de 2011 où les 
manifestations antigouvernementales pour réclamer plus de 
démocratie se sont enchaînées. Les problèmes de la Turquie 
semblent être les siens propres". 
    L'indice Dow Jones  .DJI  a gagné 10,14 points (0,05%) à 
18.516,55 points, un nouveau record de clôture. Le S&P-500 
 .SPX , plus large, a cédé 2,01 points (0,09%) à 2.161,74. Le 
Nasdaq Composite  .IXIC  a laissé de son côté 4,47 points 
(0,09%) à 5.029,59.  
    Sur l'ensemble de la semaine, le Dow a gagné 2%, le S&P-500 
1,5% et le Nasdaq Composite 1,5% également. Le S&P-500 a 
progressé de plus de 6% durant ces trois semaines dans le vert. 
    Les ventes au détail ont augmenté plus que prévu en juin aux 
Etats-Unis, ce qui renforce l'impression d'une accélération de 
l'économie américaine au deuxième trimestre.   
    Mais l'avenir est peut-être plus sombre que ne le dit cette 
statistique puisque le moral des ménages américains s'est 
dégradé en juillet, selon la première estimation des résultats 
de l'enquête mensuelle de l'université du Michigan.   
    En outre, les médiocres résultats de Citigroup  C.N  et de 
Wells Fargo  WFC.N  ont décu les attentes qui étaient nées la 
veille avec ceux de JPMorgan Chase  JPM.N .  
    Citi a pourtant annoncé un bénéfice trimestriel qui a moins 
bassé que ne le pensait son directeur général, tandis que Wells 
Fargo a vu son résultat grevé par l'augmentation de ses 
provisions sur créances.       
    Citigroup accuse une perte très modeste, de 0,27%, tandis 
que Wells Fargo rétrograde nettement plus, de 2,5%, plus forte 
perte de l'indice S&P. L'indice sectoriel des financières 
 .SPSY  accuse lui une perte modeste de 0,17%.  
    L'attentat de Nice survenu jeudi soir et qui a coûté la vie 
à 84 personnes a pesé essentiellement sur les valeurs du voyage 
et du tourisme.   
    Priceline  PCLN.O , Expedia  EXPE.O  et TripAdvisor  TRIP.O  
ont subi des reculs de 0,4% à 1,15%, tandis que Delta Air Lines 
 DAL.N  et Continental  UAL.N  ont accusé des pertes respectives 
de 2,4% et 0,9%, mais Southwest  LUV.N  a fini stationnaire. 
    Point positif toutefois, les traders ne prévoient plus 
qu'une baisse de 4,7% des bénéfices des sociétés composant 
l'indice S&P-500 au deuxième trimestre, alors que le pourcentage 
était de 5% en début de semaine. 
    "Lorsqu'on aborde la saison des résultats avec un préjugé 
négatif ça peut être bon pour la Bourse car toute bonne surprise 
force à racheter les découverts et cela donne une tendance 
haussière", explique Quincy Krosby (Prudential Financial).  
    Sur le marché des changes, le billet vert progressait par 
ailleurs de plus de 0,6% face à un panier de devises de 
référence  .DXY  et a gagné 5% contre le yen  JPY=  sur 
l'ensemble de la semaine, son gain hebdomadaire le plus élevé 
depuis février 1999. 
    Le sterling a pris près de 2% contre le dollar  GBP=D4  
grâce à la décision inattendue de la Banque d'Angleterre 
d'observer le statu quo monétaire jeudi.  
    L'annonce du coup d'Etat en Turquie a également eu pour 
effet de faire monter le marché pétrolier, les futures sur le 
WTI texan  CLc1  et sur le Brent  LCOc1  gagnant entre 1,3% et 
1,6%, tandis que les Treasuries réduisaient leurs pertes.  
    C'est ainsi que le papier à 10 ans  US10YT=RR  ne perdait 
plus que 8/32 pour un rendement en hausse à 1,558%, alors qu'il 
avait cédé jusqu'à 20/32 en séance, à un rendement de 1,601%, 
certaines statistiques américaines ayant amené les investisseurs 
à anticiper une nouvelle hausse des taux aux Etats-Unis d'ici la 
fin de l'année. 
    Le volume d'affaires de la Bourse a été de 6,1 milliards de 
titres échangés, inférieur à la moyenne quotidienne de 7,8 
milliards des 20 dernières séances.     
     
 
 (Avec Caroline Valetkevitch, Don Rabouin, Karen Brettell, 
Wilfrid Exbrayat pour le service français) 
  
 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant