Wall Street finit la séance stable mais baisse sur la semaine

le , mis à jour à 22:47
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Laila Kearney

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a redressé le cap en toute fin de séance jeudi pour finir pratiquement stable mais la Bourse américaine n'en recule pas moins sur l'ensemble de la semaine pascale écourtée, sa première baisse hebdomadaire après cinq semaines de rebond.

Soutenues par une remontée des cours du pétrole, les valeurs de l'énergie ont tiré le marché à la hausse en toute fin de séance, contrebalançant le recul du secteur bancaire qui a pâti de la crainte de mauvais résultats au premier trimestre.

L'indice Dow Jones des 30 grandes valeurs a grappillé 13,14 points, soit 0,08%, à 17.515,73 points après un bref passage sous les 17.400 points le matin.

Le Standard & Poor's-500, plus large, a limité son recul à 0,77 point ou 0,04% à 2.035,94, bien au-dessus de son plus bas du jour de 2.022 points.

Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 4,64 points (0,10%) à 4.773,51.

En quatre séances, le Dow a cédé 0,5%, le S&P-500 0,7% et le Nasdaq 0,5%, mettant fin à cinq semaines de progression.

Les volumes ont cependant été faibles avant le long week-end de Pâques. Le marché sera fermé pour le Vendredi saint mais ouvert le lundi de Pâques.

"Après la hausse qu'on a connue, je pense qu'il était normal de reprendre son souffle", commente Jeff Buetow, président de BFRC Services à Charlottesville, en Virginie.

La correction du marché a été de pair tout au long de la semaine avec une hausse du dollar, soutenu par les déclarations de plusieurs responsables de la Réserve fédérale ne fermant pas la porte à une hausse des taux dès la prochaine réunion de la banque centrale le mois prochain. Dernier en date, James Bullard, président de la Fed de St. Louis, a affirmé jeudi qu'un nouveau resserrement "n'était peut-être pas loin".

Le billet vert se traitait autour de 1,1175 pour un euro et à 112,80 yens en fin de journée, en hausse pour une cinquième séance consécutive -- une série sans précédent depuis avril 2015.

Les indicateurs économiques du jour ont été plutôt rassurants avec des commandes de biens durables qui ont baissé un peu moins que prévu en février et des inscriptions au chômage qui ont légèrement augmenté la semaine dernière mais moins qu'attendu par les économistes.

La fermeté du dollar a pesé sur les cours du pétrole mais l'annonce d'une baisse des puits en activité aux Etats-Unis a permis à ces derniers de réduire leurs pertes et même, pour le brut léger américain, d'aligner une sixième séance de hausse.

TIVO EN VEDETTE, OPA EN VUE

Dans la foulée, l'indice sectoriel de l'énergie a repris 0,5% mais il accuse un recul de 2,4% sur la semaine.

Six des 10 grands indices sectoriels S&P-500 ont fini la séance en hausse, emmenés par les services de télécommunications qui ont pris 1%. La plus forte baisse, de 0,7%, a été pour le compartiment des financières plombé par Wells Fargo (-1,73%) et Goldman Sachs (-0,70%) même si ces valeurs ont elles aussi remonté en fin de séance.

UBS a entamé sa couverture de Wells Fargo en conseillant de vendre le titre du fait de perspectives maussades et de risques de crédit. Macquarie de son côté a réduit de dix dollars son objectif de cours pour Goldman Sachs, à 180 dollars, en disant tabler sur des résultats du premier trimestre "inhabituellement faibles" du fait des turbulences sur les marchés mondiaux en début d'année.

A la hausse, le groupe de conseil Accenture a pris 6,17% à 114,30 dollars, non loin d'un record à 114,44, après des résultats trimestriels meilleurs que prévu et un relèvement de ses prévisions pour l'ensemble de son exercice clos fin août.

Staples s'est adjugé 7,01% dans l'espoir d'un feu vert des autorités à son projet de fusion avec Office Depot.

Aux technologiques, le fabricant de magnétoscopes numériques TiVo a bondi de 23,37% à 9,45 dollars en réaction à une information du New York Times selon laquelle il est sur le point d'accepter une offre d'achat de Rovi, spécialiste des guides médias numériques. Ce dernier a cédé 1,30%.

Le fabricant d'automates bancaires et de caisses automatiques Diebold a grimpé de 8,73% après le succès de son OPA sur l'allemand Wincor Nixdorf, lequel a bondi de près de 20% à Francfort.

Quelque 6,2 millions de titres ont été échangés sur les différentes plates-formes américaines contre une moyenne de 8,0 milliards sur les 20 dernières séances, selon les données Thomson Reuters.

Sur le marché obligataire, l'emprunt de référence à 10 ans a cédé 7/32 pour un rendement de 1,9%, contre 1,875% mercredi.

L'or a cédé 0,2% à 1.217,39 l'once, après un plus bas depuis février à 1.212,20 dollars. Sur la semaine, il a reculé de 3%, sa plus mauvaise performance hebdomadaire depuis novembre.

(avec Abhiram Nandakumar à Bangalore, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant