Wall Street finit hésitante, dans l'attente de la BCE

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé sur une note hésitante mercredi, avec des indices évoluant en ordre dispersé mais avec de faibles écarts, à la veille d'une réunion de première importance de la Banque centrale européenne au terme de laquelle celle-ci doit présenter un nouveau programme de rachat d'obligations souveraines.

Le Dow Jones gagne 11,54 points (0,09%) à 13.047,48. Le S&P-500 cède 1,50 point (0,11%) à 1.403,44. Le Nasdaq Composite perd 5,79 points (0,19%) à 3.069,27.

Selon des sources proches de la BCE, l'institut d'émission est prêt à renoncer à son statut de créancier privilégié dans le cadre de ce programme.

Bloomberg rapportait de son côté que la BCE, s'appuyant sur le soutien large des membres du conseil de politique monétaire, dévoilerait un programme d'achat illimité et neutralisé.

La BCE a dit en août qu'elle se lancerait dans le rachat d'obligations italiennes et espagnoles pour détendre les coûts d'emprunt de ces deux pays.

Mais à la condition, entre autres, que ces pays aient au préalable sollicité l'aide des mécanismes de renflouement de la zone euro.

On s'attend à ce que Draghi dévoile les conditions d'intervention de ce nouveau programme mais certains analystes font valoir qu'il est peu probable qu'il épuise ses annonces tant que la cour constitutionnelle allemande n'aura pas statué sur la légalité du Mécanismes européen de stabilité (MES) le 12 septembre.

"On se demande en fait si le président Draghi va vraiment annoncer quelque chose demain ou s'il attendra le jugement de la cour la semaine prochaine avant de le faire," dit Ryan Larson (RBC Global Asset Management).

"On pense en général qu'il y aura des annonces touchant à de nouveaux stimulants pour la croissance, plus du côté de la BCE que de la Fed. C'est sans doute ce qui empêche le marché de baisser réellement pour l'instant".

Quoi qu'il en soit, cette perspective de voir les banques centrales entrer en jeu a suscité un certain optimisme sur le marché, tempérant l'effet négatif des annonces de FedEx. Le numéro deux mondial de la messagerie a revu à la baisse sa prévision de bénéfice pour le trimestre en cours, évoquant une conjoncture économique mondiale déprimée. L'action a perdu 2% à 85,8 dollars.

L'espoir de voir les banques centrales, tant la BCE que la Réserve fédérale, agir pour la croissance a largement soutenu la Bourse durant la période estivale mais il n'est pas forcément bien placé, de l'avis de certains professionnels.

"Nous pensons qu'il y a plus de risque que de gratification à attendre pour les valeurs US actuellement compte tenu que la croissance continue de décélérer et que les marchés compte beaucoup sur les banquiers centraux, ce qui, à notre avis, est mal fondé", commente Gary Flam (Bel Air Investment Advisors).

Aux valeurs toujours, Microsoft a fini stable à 30,39 dollars. Nokia et Microsoft ont dévoilé mercredi de nouveaux smartphones considérés comme la dernière chance du groupe finlandais de reprendre pied sur ce segment stratégique, mais l'accueil des investisseurs a été glacial.

L'action Nokia a terminé en baisse de 13% en Europe et son titre coté à New York a chuté de 16% à 2,38 dollars.

Wanfeng Zhou et Ryan Vlastelica, Wilfrid Exbrayat pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant