Wall Street finit étale après un nouveau record du S&P

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Wall Street s'est essoufflée en clôture jeudi, sa marche en avant freinée par une statistique décevante sur le marché immobilier et des résultats de sociétés contrastés, mais l'indice Standard & Poor's-500 a pu atteindre un plus haut record pour la troisième séance consécutive.

L'indice Dow Jones des 30 grandes valeurs a cédé 2,83 points, soit 0,02%, à 17.083,80 points, loin de son plus haut du jour à 17.119 points. Le S&P-500 a conservé une légère avance de 0,97 point, soit 0,05%, à 1.987,98 points, assez pour inscrire une nouvelle clôture record.

En séance, l'indice de référence des gérants américains a atteint un nouveau pic absolu à 1.991,39 points, à 0,4% seulement du seuil psychologique des 2.000 points.

Le Nasdaq Composite a abandonné de son côté 1,59 point (0,04%) à 4.472,11 points malgré une envolée de plus de 5% de Facebook.

Des indicateurs positifs en Chine et en Europe, l'annonce d'inscriptions hebdomadaires au chômage au plus bas depuis 2006 aux Etats-Unis ainsi que le nouveau record de Facebook après de solides résultats trimestriels ont poussé le marché à la hausse à l'ouverture mais la statistique des ventes dans l'immobilier neuf est ensuite venue refroidir les ardeurs.

Les ventes de logements neufs ont chuté de 8,1% en juin, leur plus forte baisse depuis près d'un an, et la hausse de mai a été revue en nette baisse.

"Le marché immobilier est le point noir de la reprise, celui qui nous empêche d'être en plein conte de fées avec les bons résultats de sociétés et indicateurs qu'on a actuellement", commente Peter Kenny, stratégiste chez Clearpool Group à New York.

De plus, les signes assez nets de redressement du marché du travail font craindre une normalisation plus rapide de la politique monétaire de la Réserve fédérale, ajoute-t-il.

Alors que les économistes les attendaient en hausse, les inscriptions au chômage de la semaine dernière ont reculé à 284.000, au plus bas depuis février 2006.

CATERPILLAR PLOMBE LE DOW, FACEBOOK À LA FÊTE

Si les résultats de sociétés du deuxième trimestre ont continué de donner satisfaction dans l'ensemble, ce sont surtout les annonces négatives qui ont retenu l'attention jeudi.

Caterpillar, le numéro un mondial des engins de terrassement et de travaux publics, a décroché de 3,1% à 105,04 dollars, la plus forte baisse du Dow Jones, après avoir fait état d'une baisse de ses ventes.

Dans le secteur automobile, General Motors a perdu 4,5% après ses résultats pénalisés par le coût de ses rappels massifs de voitures.

D.R. Horton, le numéro un américain de la construction résidentielle, a chuté de 11,5% à 21,94 dollars, affecté à la fois par l'annonce d'un recul de 23% de son bénéfice trimestriel et par le mauvais chiffre des ventes de logements neufs. L'indice sectoriel de la construction résidentielle a perdu 2,73%.

En vedette, Facebook a bondi de 5,2% à 74,98 dollars, avec à la clé un record à 76,74 dollars, après l'annonce d'une hausse plus forte que prévu de 61% de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre. A son nouveau record, le réseau social introduit en Bourse il y a seulement deux ans affiche une capitalisation boursière de 193 milliards de dollars, l'équivalent d'IBM et davantage que Coca-Cola.

Egalement en vue, le fabricant et distributeur d'articles de sport Under Armour a grimpé de 14,7% à 69,55 dollars en réaction à un bond de plus d'un tiers de son chiffre d'affaires.

"Aujourd'hui le marché était partagé entre les annonces positives et les négatives. Caterpillar a déçu, mais les actions restent correctement valorisées et la tendance des résultats milite pour une poursuite de la hausse", juge Kate Warne, stratégiste chez Edward Jones à St. Louis.

A ce jour, 41% des entreprises du S&P-500 ont publié leurs comptes trimestriels et elles ont été 68% à annoncer des bénéfices supérieurs aux attentes des analystes, à comparer à une moyenne historique de 63%. Du côté des chiffres d'affaires, 62,1% ont surpris positivement, contre une moyenne de 61%.

(Rodrigo Campos et Ryan Vlastelica, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant