Wall Street finit en recul préoccupée par la croissance mondiale

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Chuck Mikolajczak et Ryan Vlastelica

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en baisse mardi et l'indice S&P-500 inscrit sa troisième perte d'affilée, les investisseurs prenant le temps de faire le point d'une situation de ralentissement de la croissance mondiale.

Wall Street s'est ainsi alignée sur ses homologues européennes, qui ont chuté assez lourdement mardi, plombées par la publication d'indicateurs montrant un ralentissement de la croissance de l'activité dans le secteur privé de la zone euro, notamment en France.

Les statistiques européennes "sont un peu préoccupantes", dit David Levovitz (JP Morgan Funds). "Nous observons un certain ralentissement et cela pèse" sur les cours.

L'indice Dow Jones a perdu 116,81 points (0,68%) à 17.055,87. Le S&P-500 a cédé 11,52 points, soit 0,58%, à 1.982,77. Le Nasdaq Composite laisse 19 points (0,42%) à 4.508,69.

Les valeurs de l'énergie ont un temps profité de l'intensification du conflit au Moyen-Orient mais leur indice a finalement, comme les neuf autres principaux indices sectoriels du S&P, terminé dans le rouge avec une perte de 0,32%. La plus grosse perte sectorielle (0,93%) est à mettre au compte des valeurs des produits de grande consommation.

Le président américain Barack Obama s'est engagé mardi à continuer la lutte contre l'Etat islamique quelques heures après les premières frappes menées en Syrie sous commandement américain contre ce groupe djihadiste et promis de renforcer la coalition internationale sur ce thème.

Les frappes américaines et arabes contre les djihadistes en Syrie "ne sont que le début" des efforts de la coalition internationale pour affaiblir les djihadistes de l'Etat islamiste et d'autres groupes, a par ailleurs annoncé mardi l'armée américaine.

La Bourse a par ailleurs pris connaissance de l'indice PMI manufacturier de septembre, dans sa version préliminaire. Cet indice montre que le secteur manufacturier américain a continué de croître en septembre au même rythme qu'en août, où il était à son plus haut en plus de quatre ans.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant