Wall Street finit en recul, crainte de récession mondiale

le
0

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a clôturé en nette baisse la séance de lundi, l'incapacité des parlementaires américains à s'entendre sur la réduction du déficit fédéral et une mise en garde de Moody's au sujet du "triple A" de la France ayant pesé sur le moral des investisseurs.

L'agence de notation a pointé les risques potentiels liés à une augmentation des coûts de financement de la dette française et au ralentissement de la croissance.

Aux Etats-Unis, la commission spéciale du Congrès chargée d'examiner les moyens de réduire le déficit devrait constater lundi l'échec de sa mission, selon des sources. Ce "super-comité", de six démocrates et six républicains, formé cet été après l'accord sur le relèvement du plafond de la dette américaine, était censé identifier au moins 1.200 milliards de dollars d'économies sur dix ans.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a cédé 248,85 points, soit 2,11% à 11.547,31 points.

Le S&P-500, plus large, est repassé sous les 1.200 points et a perdu 22,67 points, soit 1,86%, à 1.192,98 points.

Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 49,36 points (-1,92%) à 2.523,14 points.

Dans ce contexte, l'indice de la volatilité CBOE Volatility index VIX, qualifié "indice de la peur", a progressé de près de 3% à 32,91.

"On observe de plus en plus de signaux annonçant une récession mondiale", commente James Dailey de TEAM Financial Managers. "Ce n'était pas quelque chose de prévu par les marchés il y a encore environ une semaine."

Aux valeurs, Pharmasset a bondi de plus de 84,5% après l'annonce de son rachat par Gilead pour quelque 11 milliards de dollars (8,2 milliards d'euros). Ce dernier, qui cherche ainsi à se renforcer dans les traitements de l'hépatite C, a chuté de 9%.

A rebours de la tendance, Cooper Industries a pris 2,6%. La société remplacera Janus Capital Group dans l'indice S&P 500 après la clôture mardi 22 novembre, a annoncé Standard & Poor's.

Les échanges à Wall Street devraient en outre être modestes cette semaine en raison de la fête de Thanksgiving jeudi, ce qui pourrait ajouter à la volatilité des marchés.

Catherine Monin pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant