Wall Street finit en petite hausse avec l'énergie

le
0

* JPMorgan a pris 1,56%, Wells Fargo a perdu 0,73% * Les anticipations de résultats sont faibles * Intel prenait 2,4% après-Bourse à la suite de ses résultats * Le Dow gagne 0,33% et le S&P 0,16%, le Nasdaq perd 0,22% (Actualisé avec dollar et Treasuries) par Noel Randewich NEW YORK, 14 avril (Reuters) - La Bourse de New York a terminé en légère hausse mardi, soutenue par les valeurs liées à l'énergie et après des résultats de poids lourds supérieures aux estimations des analystes qui les avaient récemment revues en baisse en raison du dollar fort. Les bénéfices des composantes du S&P-500 sont attendus en repli de 2,9% au premier trimestre, selon les données Thomson Reuters. Au 1er janvier, les analystes prévoyaient encore une croissance de 5,3%. Cette révision souligne l'incertitude pour la suite de la "saison" des résultats, moins de 10% des grandes entreprises ayant publié leurs comptes jusqu'à présent. Le Dow Jones .DJI a pris 59,66 points, soit 0,33%, à 18.036,70 points. Le S&P-500 .SPX , plus large, a gagné 3,41 points, soit 0,16%, à 2.096,08 points. Mais le Nasdaq Composite .IXIC a reculé de 10,96 points (-0,22%) à 4.977,29 points. L'indice sectoriel de l'énergie est arrivé en tête, avec un gain de 1,77%, soutenu par la hausse des cours du pétrole brut. Le Brent prend près d'un dollar vers les 59 dollars le baril et le brut léger américain 1,60 dollar à 53,52 dollars, portés par des signes de baisse de la production aux Etats-Unis, la faiblesse du dollar et par les tensions au Moyen-Orient. Aux valeurs, la première banque américaine par l'actif JPMorgan Chase JPM.N a pris 1,56% après avoir fait état d'un bénéfice net trimestriel supérieur aux attentes grâce au rebond de ses revenus sur les marchés obligataires. ID:nL5N0XB2JS La banque Wells Fargo WFC.N , numéro un des prêts immobiliers aux Etats-Unis, a perdu 0,73% malgré des résultats trimestriels légèrement meilleurs que prévu. ID:nL5N0XB39C Les deux banques évoluent dans un environnement difficile car le trading est en recul depuis la crise et les régulateurs ont demandé aux grandes banques de réduire leurs risques, en augmentant leurs fonds propres et en renforçant leurs contrôles. Johnson & Johnson JNJ.N a fini sur une note stable (-0,03%) malgré l'annonce d'une baisse de 8,6% de son bénéfice en raison notamment d'un dollar fort. ID:nL5N0XB2Q4 IMPACT DU DOLLAR "Nous observons les groupes internationaux pour voir comment ils ont été affectés par le dollar et les chiffres de (Johnson & Johnson) laissent penser que l'impact a été plus fort que prévu", dit Terry Morris, chez National Penn Investors Trust. "Beaucoup d'entreprises font mieux que prévu mais c'est dû aux réductions de coûts et pas à l'augmentation de la demande. Jusqu'ici, cette saison n'apporte rien d'exaltant au marché." Intel INTC.O a cédé 0,76% mais le titre prenait 2,4% après Bourse à la suite de l'annonce d'un chiffre d'affaires conforme à son objectif, récemment revu en baisse. ID:nL5N0XB4CR En revanche, Altera ALTR.O a perdu 2,99%. Plusieurs de ses actionnaires ont prié le groupe de reprendre langue avec le géant américain des semi-conducteurs, rapporte Bloomberg, citant des sources proches du dossier. ID:nL5N0XA41T Norfolk Southern NSC.N a cédé 4,18% après une prévision de recul inattendu du résultat et des ventes trimestriels. L'action Nokia cotée à New York NOK.N a cédé 4,1% et celle d'Alcatel-Lucent ALU.N a bondi de 13,3% après l'annonce de négociations pour un rapprochement entre les deux équipementiers télécoms, qui ale soutien de l'Etat français. ID:nL5N0XB147 En Europe, Nokia a perdu 3,6% et Alcatel-Lucent a pris 16%. Sur le plan macroéconomique, les ventes au détail ont augmenté de 0,9% en mars, pour la première fois depuis la fin de l'an dernier. Mais les économistes interrogés par Reuters prévoyaient un rebond plus fort, de 1%. ID:nL5N0XB32M . Le dollar perd 0,7% face à un panier de devises .DXY après les ventes de détail, mais affiche encore des gains de près de 10% depuis le début de l'année, qui pèsent sur les résultats. Les rendements des obligations du Trésor se sont détendus après le rythme plus faible que prévu de hausse des ventes de détail, qui tend à conforter le scénario selon lequel la Réserve fédérale américaine ne relèvera pas ses taux au mois de juin. (Ryan Vlastelica et Noel Randewich, Juliette Rouillon pour le service français)

 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant