Wall Street finit en ordre dispersé, les statistiques pèsent

le
0
Wall Street finit en ordre dispersé, les statistiques pèsent
Wall Street finit en ordre dispersé, les statistiques pèsent

par Edward Krudy

NEW YORK (Reuters) - Le Dow Jones et le S&P 500 ont terminé en légère baisse mercredi après des chiffres de l'emploi du secteur privé moins bon que prévu, qui font craindre que ceux pour l'ensemble des secteurs d'activité, attendus vendredi, seront à leur tour inférieurs aux attentes.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a cédé 0,08%, soit 10,75 points, à 13.268,57. Le S&P-500, plus large, a perdu 3,51 points, soit 0,25%, à 1.402,31. Le Nasdaq Composite a en revanche avancé de son côté de 9,41 points (+0,31%) à 3.059,85.

La veille, le Dow Jones avait atteint en séance un nouveau plus haut de quatre ans. Et le S&P 500 reste en hausse de quelque 11% depuis le début de l'année.

Les créations d'emplois dans le secteur privé le mois dernier aux Etats-Unis se sont révélées nettement inférieures aux attentes, selon les résultats de l'enquête mensuelle ADP. Il a été créé 119.000 emplois en avril alors que le marché attendait 177.000 postes supplémentaires.

"Si de moins en moins de personnes sont partie prenante dans la reprise en cours, c'est le signe d'une faiblesse sous-jacente qu'il faudra traiter. Jusqu'à présent, la réponse des autorités a été une facilitation du crédit, peut-être qu'il faut aller chercher plus loin", a déclaré Jack Ablin, chargé des investissements chez Harris Private Bank.

Cet indicateur a été publié dans la foulée de statistiques européennes peu encourageantes.

L'activité du secteur industriel dans la zone euro s'est de nouveau contractée en avril alors que le ralentissement dans les pays périphériques semble se propager à la France et l'Allemagne, selon les données définitives de l'enquête Markit auprès des directeurs d'achats.

Le taux de chômage en zone euro a atteint 10,9% en mars, son niveau le plus élevé en 15 ans, en raison notamment des hausses enregistrées en Italie et en Espagne.

En complément de ce tableau conjoncturel peu riant, les commandes à l'industrie ont enregistré en mars aux Etats-Unis leur recul le plus marqué depuis trois ans en raison notamment d'une baisse de la demande d'équipements dans le secteur des transports.

"Ce dont le marché a besoin, c'est un signe montrant que l'économie ne se détériore pas. Certes, la croissance est faible mais elle est toujours là", a dit Ralph Edwards (ITG)

Le Nasdaq Composite a notamment été soutenue par la bonne tenue du titre Intel, qui a progressé de 0,79% à 29,18 dollars, beaucoup d'investisseurs considérant que l'action du numéro un mondial des semi-conducteurs reste sous-évaluée.

Le secteur des constructeurs de maisons a bondi de 2,60%, les courtiers évoquant le soutien politique croissant à des mesures suggérant d'annuler le principal de crédits immobiliers.

La reprise du marché immobilier est jugée essentielle à la durabilité de la croissance des Etats-Unis.

Benoit Van Overstraeten pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant