Wall Street finit en ordre dispersé

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé la semaine sur une note irrégulière, le Dow Jones finissant en légère baisse et le S&P-500 en légère hausse, tandis que le Nasdaq Composite est pratiquement inchangé.

Le S&P-500 n'en a pas moins signé sa meilleure semaine en trois mois et il a fini vendredi à son niveau le meilleur depuis le 20 mai 2008.

Les investisseurs, devenus plus optimistes sur les perspectives économiques, ont poussé l'indice S&P-500 au-dessus des 1.400 points, en dépit de statistiques économiques relativement en demi-teintes ce vendredi.

L'indice a gagné près de 30% sur ses plus bas touchés en octobre.

L'indice Dow Jones perd 20,14 points (0,15%) à 13.232,62, tandis que le S&P-500 prend 1,57 point (0,11%) à 1.404,17. Le Nasdaq Composite perd 1,11 point (0,04%) à 3.055,26.

Sur l'ensemble de la semaine, le Dow inscrit un gain de 2,4%, le S&P de 2,4% également, et le Nasdaq Composite de 2,2%.

Le moral des consommateurs américains a baissé début mars, la hausse du prix de l'essence faisant monter leurs anticipations inflationnistes, montre l'enquête menée par Thomson Reuters et l'Université du Michigan publiée vendredi.

La production industrielle des États-Unis a été stable en février par rapport à janvier, la forte baisse de la production minière étant compensée par la hausse de la production manufacturière, en progression pour le troisième mois d'affilée.

Les prix à la consommation ont augmenté de 0,4% en février, leur plus forte hausse en dix mois en raison de la flambée des prix de l'essence, selon les chiffres publiés vendredi par le département du Travail.

"Les fondamentaux s'améliorent, les bénéfices des entreprises augmentent et le marché a vraiment une bonne dynamique haussière", dit Stephen Wood (Russell Investments).

"Je pense qu'on a encore de la marge pour monter; cela dit on garde un oeil sur le pétrole car il pourrait être un facteur déstabilisant s'il monte trop".

Certains font aussi remarquer que la Bourse pourrait être mûre pour des prises de bénéfice avec un indice CBOE de la volatilité dans les profondeurs.

Il a terminé en baisse de 6,2% à son niveau le plus bas depuis juin 2007.

De ce point de vue de la volatilité, c'était la semaine des "quatre sorcières", soit l'arrivée à expiration des contrats (futures et options) de mars, un événement qui tend à accroître précisément l'instabilité de la cote.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant