Wall Street finit en nette hausse avec la Russie

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Akane Otani

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé sur une hausse sensible vendredi, effaçant ainsi les pertes accumulées depuis le début de la semaine, les investisseurs ayant été soulagés d'apprendre la fin des exercices militaires russes près de la frontière ukrainienne, qui avaient été qualifiés de "provocation" par les Etats-Unis.

L'indice Dow Jones a gagné 1,13%, soit 185,66 points, à 16.553,93. Le S&P-500, plus large, a pris 22,02 points, soit 1,15%, à 1.931,59 et le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 35,93 points (+0,83%) à 4.370,90.

Il s'agit de la meilleure performance, en pourcentage, sur une seule séance pour le Dow Jones et le S&P 500 depuis le 4 mars.

Sur l'ensemble de la semaine, les trois indices ont respectivement gagné 0,4%, 0,3% et 0,4%, refaisant ainsi une partie du terrain perdu la semaine précédente.

L'indice de volatilité VIX du CBOE a perdu 5,52% à 15,74, signe qu'une partie des incertitudes qui bridaient les acteurs du marché ont disparu.

Le gouvernement ukrainien et les Occidentaux accusent les Russes d'alimenter le conflit entre forces gouvernementales et séparatistes pro-russes afin de maintenir l'instabilité en Ukraine.

L'Otan a mis en garde cette semaine contre la possibilité d'une invasion russe en Ukraine, signalant la présence de 20.000 militaires dans les régions proches de la frontière, annonce qui a plombé les places internationales pendant une bonne partie de la semaine.

Le ministère russe de la Défense a annoncé vendredi que les exercices militaires auxquels participaient ces soldats étaient terminés.

L'annonce d'un bombardement américain en Irak a, dans un premier temps, été une autre source de préoccupation pour les acteurs de marché, mais ils ont ensuite apprécié la manière dont Washington communiquait sur le sujet.

L'aviation américaine a bombardé vendredi des pièces d'artillerie utilisées par l'État islamique contre les forces kurdes qui défendent Erbil, capitale du Kurdistan irakien autonome, afin d'éviter ce que Washington a qualifié de "génocide potentiel".

"Les intervenants de marché détestent rien de plus que l'incertitude. Quand ils n'ont pas suffisamment d'informations sur la manière dont une situation géopolitique peut influer sur l'économie, ils ont tendance à retenir le pire des scénarios et tout le monde vend", note Malcolm Polley, chargé des investissements chez Stewart Capital Advisors.

"Avec l'information d'une désescalade en Russie et avec une administration qui dit exactement ce qu'elle fait en Irak, une part des interrogations a été levée."

Du côté des valeurs individuelles, le titre Nvidia a avancé de 8,82% à 19,00 à la suite de l'annonce par le fabricant de puces graphiques d'une hausse de résultats du deuxième trimestre et de prévisions pour le trimestre en cours plus élevées que ce qu'avaient anticipé les analystes financiers.

L'action Monster Beverages a pris 6,68% à 69,45 dollars, profitant également de résultats trimestriels publiés par le fabricant de boissons énergisantes supérieures aux attentes.

Le titre GAP a pris 5,90% à 42,57 dollars après que le groupe de prêt-à-porter a annoncé jeudi soir des résultats du deuxième trimestre et des ventes pour le mois de juillet meilleurs que prévu.

Le titre Tekmira Pharmaceuticals a terminé sur un bond de 45,06% à 20,70 dollars après que les autorités sanitaires américaines ont autorisé l'administration éventuelle à l'homme du traitement de la fièvre Ebola développé le laboratoire pharmaceutique basé au Canada.

Avec le danger croissant représenté par l'épidémie de fièvre due au virus Ebola - désormais qualifiée de risque mondial pour la santé publique pour par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) - l'action Tekmira s'est envolé de près de 122% en trois semaines.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant