Wall Street finit en nette baisse, la Fed inquiète toujours

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en baisse de près de 1,5% mercredi, le Dow Jones clôturant sous les 15.000 points pour la première fois depuis un mois, la place boursière américaine pâtissant toujours des craintes de voir la Réserve fédérale commencer à dénouer son programme de soutien à l'économie.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a cédé 1,43%, soit 216,95 points, à 14.960,59. Le S&P-500, plus large, a perdu 22,48 points, soit 1,38%, à 1.608,90. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 43,78 points (-1,27%) à 3.401,48.

Le S&P 500, indice de référence des gérants de fonds, est en repli de 3% depuis un record de clôture de 1.669,16 points atteint le 21 mai en raison des inquiétudes liées aux prochaines décisions de la Fed.

Cette dernière réunit son prochain comité de politique monétaire les 18 et 19 juin.

La perspective de voir la banque centrale américaine réduire le montant mensuel de ses rachats d'actifs obligataires - actuellement de 85 milliards dollars - a été alimentée par des propos tenus par Ben Bernanke le 22 mai dernier.

Tout en confirmant que la Fed attendra de nouvelles preuves d'amélioration de la conjoncture aux Etats-Unis avant de lever le pied, il avait dit que la banque centrale américaine pourrait décider de réduire ses achats d'actifs lors de l'une de ses "prochaines réunions" si la tendance à la reprise de l'économie se maintenait.

Les indicateurs macro-économiques du jour n'ont pourtant guère suggéré que la conjoncture s'améliorait puisque, selon l'enquête mensuelle du cabinet de conseil ADP, le secteur privé américain a créé 135.000 emplois au mois de mai, un chiffre nettement inférieur aux attentes.

Et les commandes nouvelles reçues par les groupes industriels américains sont certes reparties à la hausse en avril, mais à un rythme moins soutenu que prévu.

La politique ultra-accommodante mise en place par la Fed est le principal facteur d'explication de hausse de Wall Street depuis le début de l'année.

Malgré le recul subi depuis plus de deux semaines, le S&P 500 affiche encore un gain de 13% depuis le 31 décembre 2012.

"Nous sommes à un stade où il n'y a guère eu de bonnes nouvelles et où les inquiétudes au sujet des prochaines décisions de la Fed prennent des proportions démesurées. Le repli en cours a commencé il y a deux semaines avec les déclarations de Bernanke et a gagné en ampleur depuis", a déclaré Fred Dickson, analyste technique en chef chez D.A. Davidson & Co.

Le titre Apple a reculé de 0,93% à 445,11 dollars après que la commission américaine du Commerce international a estimé que le fabricant d'iPhone et d'iPad avait violé un brevet appartenant à Samsung Electronics pour concevoir certains modèles de ces produits.

Benoit Van Overstraeten pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant