Wall Street finit en nette baisse avec les pétrolières

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Chuck Mikolajczak et Sinead Carew

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini en forte baisse vendredi, le S&P 500 et le Dow Jones accusant une première perte hebdomadaire après sept semaines consécutives de hausse, sous le coup essentiellement de la chute des valeurs pétrolières et de celles liées aux matières premières.

L'indice Dow Jones a cédé 1,79%, soit 315,51 points, à 17.280,83. Le S&P-500, plus large, a perdu 33,00 points, soit 1,62%, à 2.002,33. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 54,57 points (-1,16%) à 4.653,60.

Le Dow Jones et le S&P, qui avaient terminé le vendredi précédent à des nouveaux records, ont reculé tous les jours de la semaine à l'exception du jeudi.

Sur l'ensemble de la semaine, le Dow Jones a perdu 3,7%, soit son recul hebdomadaire le plus marqué depuis novembre 2011, le S&P 3,5% et le Nasdaq Composite 2,7%. Mais, depuis le début de l'année, le Dow Jones affiche encore un gain de près de 5%, le S&P une progression de 9% et le Nasdaq un bond de 12%.

La chute des cours du pétrole, qui ont été divisés par près de deux en cinq mois en raison du déséquilibre entre une offre abondante et une demande atone, a conduit les intervenants de marché à s'interroger sur les futurs bénéfices du nombre d'acteurs du secteur.

Même les acteurs de marché qui se spécialisent dans les rachats à bon compte restent à ce stade à l'écart du compartiment énergétique.

L'indice S&P de l'énergie a terminé en baisse de 2,15%, portant son repli depuis le début de l'année à plus de 16%, accusant de loin la plus mauvaise performance des 10 grands indices sectoriels S&P.

Sur la journée, la baisse sectorielle la plus marquée a cependant été le fait du compartiment des matières premières (-2,92%), qui a pâti de statistiques chinoises jugées peu encourageantes pour la croissance de la deuxième économie mondiale, grand consommateur de matières premières.

Selon des chiffres officiels, la production industrielle de la Chine a augmenté moins que prévu en novembre avec une croissance de 7,2% sur un an.

Avec la chute de ce vendredi, l'indice S&P regroupant les matières premières a quasiment effacé les gains qui avaient été accumulés depuis le début de l'année.

Le pétrole, dont le cours plongeait de plus de 3% au moment de la clôture de Wall Street, et la Chine ont rélégué au second plan une donnée macro-économique plutôt positive pour l'économie des Etats-Unis : le sentiment du consommateur américain s'est amélioré en décembre pour atteindre un plus haut de près de huit ans.

Du côté des valeurs individuelles, le titre Adobe Systems a bondi de 9,06% à 76,06 dollars, signant la plus forte hausse de l'indice S&P 500 après que l''éditeur de logiciels a annoncé jeudi l'acquisition d'une banque d'images ainsi qu'une hausse de son chiffre d'affaires.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant