Wall Street finit en légère hausse avec Intel, à des records

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini en légère hausse jeudi, avec à la clé des records en clôture pour le Dow Jones et le S&P-500, dans un marché porté par des indicateurs économiques favorables aux Etats-Unis et des prévisions de résultats d'Intel supérieures aux attentes des analystes.

L'indice Dow Jones des 30 grandes valeurs a gagné 33,27 points ou 0,19% à 17.719,00 et le Standard & Poor's 500, plus large, a pris 4,03 points (0,20%) à 2.052,75.

Le Nasdaq Composite, à forte pondération technologique, a pris plus nettement 26,16 points, soit 0,56%, à 4.701,87, terminant pratiquement à son plus haut du jour.

Le marché avait ouvert en baisse, à l'image des places européennes, en réaction aux enquêtes de Markit montrant que la croissance a ralenti plus que prévu dans le secteur privé en Europe en novembre tandis que la production manufacturière chinoise s'est contractée pour la première fois en six mois.

L'indice PMI manufacturier de Markit pour les Etats-Unis est également ressorti en baisse et inférieur aux attentes mais cet indicateur est assez peu suivi aux Etats-Unis et les investisseurs ont été plus sensibles à l'indice d'activité de la Fed de Philadelphie, qui a bondi à 40,8 en novembre contre 20,7 en octobre alors qu'il était attendu en légère baisse.

Cet indice, qui mesure l'activité industrielle dans la région du centre du littoral atlantique des Etats-Unis, est ainsi à son plus haut depuis décembre 2003 et, autre signe positif pour l'économie, les ventes de logements dans l'immobilier ancien ont atteint en octobre leur niveau le plus élevé en un peu plus d'un an.

La région de Philadelphie "n'est plus un grand centre d'activité industrielle comme avant mais l'indice 'Philly Fed' reste important et il a dépassé toutes les attentes", observe Kim Forrest, analyste chez Fort Pitt Capital Group, en ajoutant que la statistique sur l'immobilier a également contribué au redressement de la Bourse dans la matinée.

INTEL AU PLUS HAUT DEPUIS JANVIER 2002

Intel, en progression de 4,66% à 35,95 dollars, a contribué largement à la hausse des trois grands indices après avoir communiqué des prévisions meilleures qu'attendu pour 2015 à l'occasion d'une journée investisseurs. Le titre du géant des semi-conducteurs a fini tout près d'un plus haut depuis janvier 2002 de 35,97 dollars.

L'indice des technologiques a gagné 0,64%, la deuxième meilleure performance des 10 grands indices sectoriels derrière l'énergie qui a repris 1,1% dans le sillage du rebond des cours du pétrole après trois séances de baisse.

Best Buy s'est distingué avec un gain de 6,98% à 38,02 dollars. Le distributeur d'électronique grand public a fait état d'un bénéfice trimestriel presque doublé et meilleur que prévu grâce à une baisse de ses coûts.

Egalement recherché après ses résultats, le distributeur discount Dollar Tree s'est adjugé 5,17% alors que le fabricant de machines à café et de capsules Keurig Green Mountain a été sanctionné d'un recul de 7,44%.

GoPro, le fabricant de caméras portables, a chuté de 9,29% à 71,74 après un placement de titres effectué à 75 dollars, soit une décote de 5,2% par rapport à la clôture de mercredi à 79,09.

Gap, le groupe de prêt-à-porter, a pris 1,52% dans l'attente de ses résultats publiés à la clôture mais ceux-ci ont déçu le marché et le titre retombait de près de 5% dans les transactions électroniques après-Bourse.

Quelque 5,7 milliards de titres ont changé de mains, à comparer à une moyenne de 6,4 milliards depuis le début du mois selon BATS Global Markets.

Sur le marché des changes, le yen s'est stabilisé à 118 pour un dollar et 148 pour un euro après avoir reculé à des plus bas de plusieurs années, tandis que l'euro/dollar redescendait à 1,2545 après être remonté auparavant à 1,26, un plus haut de trois semaines.

Les obligations d'Etat américaines ont progressé à la faveur d'achats de sécurité mais leur hausse a été freinée par un emprunt géant de huit milliards de dollars d'Alibaba, le géant chinois du commerce en ligne, qui a siphonné une partie de la demande. Le rendement du T-Bond est revenu à 2,33% en fin de séance contre 2,36% mercredi soir.

(Rodrigo Campos et Caroline Valetkevitch, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant