Wall Street finit en hausse malgré l'Irak

le
0

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini mardi en légère hausse après une séance longtemps indécise, les investisseurs gardant un oeil sur les combats en Irak et attendant les décisions de politique monétaire que la Réserve fédérale doit annoncer mercredi.

L'indice Dow Jones a fini sur un gain de 27,48 points, soit 0,16%, à 16.808,49.

Le S&P-500, plus large, a pris 4,21 points (+0,22%) pour finir proche de son record, à 1.941,99.

Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 16,12 points (+0,37%) à 4.337,234.

Les investisseurs ont réagi modérément à des statistiques américaines mitigées sur le marché immobilier et l'inflation.

Les mises en chantier de logements, en baisse de 6,5%, et les permis de construire ont diminué plus qu'attendu aux Etats-Unis en mai.

Les prix à la consommation ont eux augmenté de 0,4% en mai, soutenus par la plus forte hausse (+0,5%) des prix alimentaires depuis août 2011, confirmant une remontée progressive des pressions inflationnistes.

Ces chiffres, de nature à rassurer certains membres de la Fed qui s'inquiètent de la faiblesse du taux d'inflation, ont fait monter les rendements des Treasuries et propulsé le dollar à des plus hauts du jour contre l'euro et le yen.

Le comité de politique monétaire de la Fed, dont la réunion de deux jours se termine mercredi, devrait sans surprise décider de réduire encore de 10 milliards de dollars ses rachats d'actifs mensuels, destinés à soutenir l'activité en inondant l'économie de liquidités.

Les investisseurs attendent surtout d'éventuelles indications sur le calendrier de la remontée progressive des taux, actuellement à des niveaux très bas.

L'escalade des violences en Irak, où le gouvernement est confronté à une vaste offensive des djihadistes de l'Etat islamique de l'Irak et du Levant (EIIL), continue d'inciter les marchés à la prudence.

Si elle influe peu sur les marchés d'action, la situation en Irak, deuxième producteur de l'Opep, fait monter les cours du Brent, qui a pris 41 cents (+0,36%), à 113,35 dollars le baril.

Du côté des valeurs, les banques se distinguent avec +1,43% pour Goldman Sachs et +0,97% pour JPMorgan.

Coca-Cola a fini à +0,64% après avoir pris près de 2% sur des rumeurs de retrait de la cote auxquelles a mis fin Warren Buffett.

(Ryan Vlastelica; Patrick Vignal pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant