Wall Street finit en hausse, les résultats font souci

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Angela Moon et Ryan Vlastelica

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en hausse une séance instable lundi, les investisseurs s'abstenant de s'engager trop avant dans le marché avant une "saison" des résultats de sociétés qu'ils attendent en demi-teinte.

La hausse de lundi fait suite à la baisse sensible de vendredi, qui avait poussé le S&P-500 à accuser sa plus forte perte hebdomadaire de l'année, en réaction à une décevante statistique de l'emploi qui soulève des interrogations sur la durabilité de la croissance économique.

Les prévisions entourant les résultats de sociétés ont été de fait revues à la baisse. Le consensus Thomson Reuters donne une hausse de seulement 1,6% pour les bénéfices trimestriels des sociétés composant le S&P-500. En janvier, la prévision était de 4,3%.

La saison a démarré ce lundi, avec les résultats de l'aluminier Alcoa, publiés après la clôture. L'action Alcoa a terminé en hausse de 1,84% et a pris encore 1,3% après la clôture à la suite de ses résultats.

L'indice Dow Jones a gagné 48,23 points (0,33%) à 14.613,48. Le S&P-500 a pris 9,79 points (0,63%) à 1.563,07. Le Nasdaq Composite a progressé de 18,39 points (0,57%) à 3.222,25.

La Bourse a connu une belle avancée depuis le début de l'année, soutenue par une Réserve fédérale soucieuse de soutenir l'économie au mieux. Les grands indices ont tutoyé leurs records et le S&P-500 et le Dow Jones sont en hausse de près de 9% et d'un peu moins de 11% respectivement depuis le début de l'année.

UN SOUTIEN PRÈS DE 1.546

Jerry Webman (OppenheimerFunds) conseille toutefois de ne pas sombrer trop vite dans la déprime. "L'indice reste raisonnablement valorisé suivant toute une série de critères", dit-il, à propos du S&P-500.

"Les multiples des bénéfices et des chiffres d'affaires des valeurs le constituant restent inférieurs à ce qu'ils étaient lors des deux précédents pic du marché et la trésorerie à leur bilan est plus élevée".

"Pour l'heure, ayant rétrogradé par rapport à son nouveau pic, le S&P rencontrera sans doute de la résistance autour de son vieux record de 1.565 à court terme", dit de son côté Randy Frederick (Charles Schwab). "Mais tout affaiblissement qui s'ensuivrait trouverait sans doute un certain soutien près de 1.546".

De fait, les politiques monétaires ultra-accommodantes suivies de par le monde font que les actions restent un actif attrayant et toute baisse de leur part pourrait être considérée par les investisseurs comme une bonne occasion de pratiquer des achats à bon compte, disent des analystes.

Pour sa part, la Banque du Japon a entamé dès ce lundi ses rachats d'obligations après avoir annoncé la semaine dernière qu'elle injecterait autour de 1.400 milliards de dollars dans l'économie en moins de deux ans.

Le président de la Réserve fédérale Ben Bernanke doit pour sa part s'exprimer ce lundi après la clôture. Les investisseurs se demandent pendant encore combien de temps la Fed poursuivra son programme d'assouplissement quantitatif destiné à stimuler la reprise économique.

Aux valeurs, General Electric a annoncé aujourd'hui l'acquisition du groupe de services pétroliers Lufkin Industries dans le cadre d'une OPA amicale de quelque 3,3 milliards de dollars.

GE a gagné 0,83% à 23,12 dollars, tandis que Lufkin a bondi de 37,6% à 87,96 dollars.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant