Wall Street finit en hausse, le S&P à un record

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Chuck Mikolajczak

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en hausse mercredi, l'indice S&P 500 ayant clôturé à un record historique, soutenue par des indicateurs économiques et des résultats de Bank of America qui reflètent une poursuite de l'amélioration de l'économie américaine.

Le titre Bank of America a pris 2,27% après avoir annoncé un bénéfice trimestriel multiplié par huit et supérieur aux attentes, grâce notamment à une forte baisse des provisions pour créances douteuses.

L'indice Dow Jones a gagné 108,08 points, soit 0,66%, à 16.481,94. Le S&P-500, plus large, a pris 9,50 points, soit 0,52%, à 1.848,38 points, soit le plus haut niveau de clôture de son histoire. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 31,87 points (+0,76%) à 4.214,88 points.

Sur le plan macroéconomique, les prix à la production ont rebondi en décembre, avec une hausse de 0,4%, la plus élevée en six mois, mais les pressions inflationnistes restent contenues, ont montré les statistiques officielles.

De plus, l'indice d'activité manufacturière de la région de New York a atteint en janvier son plus haut niveau en 20 mois, à la faveur d'un afflux de commandes nouvelles.

"Tout cela est conforme au scénario selon lequel la croissance américaine s'accélère lentement mais sûrement", constate Tim Ghriskey, responsable de l'investissement chez Solaris Group à Bedford Hills, dans l'Etat de New York.

"La réaction immédiate est de se dire: 'Mon Dieu, une inflation en hausse! La Fed va réduire rapidement ses achats d'actifs', mais en réalité il s'agit une hausse très limitée, qui n'indique en rien que la croissance ou l'inflation accélèrent au point de pousser la Fed à lever le pied."

Dans son Livre beige, la Réserve fédérale a par ailleurs rapporté que l'économie américaine avait continué à croître à un rythme modéré depuis fin novembre jusqu'à fin 2013 et que certains régions prévoyaient une accélération de la croissance. Elle a ajouté que les deux tiers des 12 districts concernés avaient vu augmenter le rythme des embauches.

Mais les investisseurs craignent que la hausse des cours n'ait été trop rapide et cherchent du côté des résultats pour justifier de nouveaux gains. Le ratio des cours par rapport aux résultats attendus du S&P est à son plus haut en près de sept ans. L'indice a pris environ 30% sur l'ensemble de l'année 2013.

Aux valeurs, contre la tendance, General Motors a cédé 1,6%, les investisseurs ayant réservé un accueil mitigé aux premières annonces de la nouvelle équipe dirigeante, entrée en fonction ce mercredi, en dépit de l'annonce du versement d'un dividende, une première en près de six ans.

Tesla Motors a gagné 1,77%. BofA Merrill Lynch a relevé son objectif de cours de 45 à 65 dollars, au lendemain de l'annonce que le constructeur de voitures électriques prévoit de doubler ses ventes en 2014.

Le spécialiste de la vidéo à la demande Netflix a perdu de son côté 2,24% au lendemain d'une décision d'un tribunal américain qui pourrait permettre aux fournisseurs à haut débit de faire payer les entreprises pour un accès plus rapide au contenu disponible sur internet.

Juliette Rouillon pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant