Wall Street finit en hausse, Intel pèse sur le Nasdaq

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en hausse vendredi, à de nouveaux pics de cinq ans, soutenue en fin de séance par un projet des Républicains de la Chambre des représentants visant à sortir les négociations budgétaires américaines de l'impasse.

Toutefois, les prévisions décevantes d'Intel annoncées la veille ont pesé sur le Nasdaq.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a gagné 53,68 points, soit 0,39%, à 13.649,70 points, son plus haut niveau depuis le 10 décembre 2007. Le S&P-500, plus large, a pris 5,04 points, soit 0,34%, à 1.485,98 points.

Le Nasdaq Composite a très légèrement reculé de son côté, de 1,30 point (-0,04%) à 3.134,71 points.

Sur l'ensemble de la semaine, le Dow Jones a pris 1,2%, le S&P 500 0,9% et le Nasdaq 0,3%, pour leur troisième semaine de hausse d'affilée, à la faveur d'un démarrage globalement positif de la saison des résultats et de signes encourageants pour la reprise de la croissance aux Etats-Unis et en Chine.

Toutefois, à la veille d'un long week-end de trois jours, les investisseurs ont hésité à prendre des paris trop importants quant à l'issue des négociations sur le plafond de la dette, malgré l'initiative des Républicains. Les marchés seront fermés lundi pour le Martin Luther King's Day.

L'annonce en cours de séance, d'une nouvelle dégradation du moral des ménages, revenu à son plus bas niveau depuis plus d'un an, a également limité les gains.

"C'est un chiffre décevant et il a contribué à mettre la pression sur les actifs à risque", a souligné Greg Moore, stratège sur le marché des changes chez TD Securities à Toronto.

"Les marchés ont grimpé ces deux dernières semaines sans beaucoup d'éléments fondamentaux pour les soutenir", a-t-il dit.

Les investisseurs se sont également focalisés sur les résultats, notamment ceux d'Intel, qui a annoncé jeudi soir un chiffre d'affaires légèrement inférieur aux attentes pour le trimestre en cours, tout en promettant une amélioration de sa marge brute, sur fond de baisse des ventes d'ordinateurs et de transition vers les tablettes et smartphones.

L'action Intel a perdu 6,3% à 21,25 dollars, entraînant l'ensemble du secteur technologique dans son sillage et ramenant au second plan les bons résultats de la banque Morgan Stanley et du géant de l'industrie General Electric.

"Les résultats d'Intel n'ont pas été mauvais, bien que leur chiffre d'affaires ait été faible. Mais cela crée de l'inquiétude non seulement sur la société, mais sur l'ensemble du secteur des PC (...)", a dit Tim Ghriskey chez Solaris Group.

Morgan Stanley en revanche a bondi de 7,86% à 22,38 dollars après avoir fait état d'un bénéfice net trimestriel de 573 millions de dollars (28 cents par action) contre une perte de 222 millions (13 cents) un an auparavant.

Quant à General Electric, son titre a gagné 3,47% à 22,04 dollars, en réaction à l'annonce par le groupe d'un bénéfice net trimestriel en hausse de 7,5%.

Caroline Valetkevitch, Juliette Rouillon pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant