Wall Street finit en hausse, dans le sillage de l'énergie

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Ryan Vlastelica

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a clôturé en nette hausse une séance instable lundi, durant laquelle les valeurs de l'énergie ont été soutenues par les résultats meilleurs que prévu d'Exxon, ces derniers compensant le mauvais effet de certaines statistiques parues dans le courant de la journée.

La Bourse a sinon accumulé ses gains dans les derniers échanges sur l'espoir d'un accord sur la dette grecque, bénéficiant auparavant d'achats à bon compte sur les secteurs qui avaient le plus souffert après que les trois grands indices eurent réalisé leur pire performance mensuelle en un an.

La Grèce propose d'aplanir ses divergences avec ses bailleurs de fonds internationaux en échangeant sa dette contre de nouvelles obligations indexées sur la croissance, a déclaré au Financial Times le nouveau ministre des Finances Yanis Varoufakis.

L'indice Dow Jones a gagné 196,09 points (1,14%) 17.361,04. Le S&P-500 a pris 25,86 poins (1,30%) à 2.020,85 points. Le Nasdaq Composite avance de 41,45 points (0,89%) à 4.676,69.

Preuve de l'agitation du marché, l'indice S&P-500 est passé alternativement du positif au négatif à plusieurs reprises durant la séance, une volatilité comparable à celle du brut qui a gagné jusqu'à 4,8% avant de réduire fortement ses gains puis de revenir à une hausse d'un peu plus de 3%.

Le S&P a perdu plus de 1% sur trois des quatre dernières séances. Au cours des 14 derniers jours, le S&P a varié de 30 points en moyenne entre son pic et son plancher de séance. Le 9 janvier, la moyenne était inférieure à 20.

"Les fondamentaux paraissent encore solides mais les résultats laissent vraiment à désirer, ce qui crée de l'inquiétude et par là de la volatilité", a dit James Liu (JPMorgan Funds).

Plusieurs statistiques ont été publiées durant la journée et pas toujours enthousiasmantes. La croissance du secteur manufacturier a ralenti plus fortement que prévu en janvier aux Etats-Unis, selon l'enquête mensuelle de l'Institute for Supply Management (ISM).

Les dépenses des ménages américains ont subi en décembre leur plus net repli depuis septembre 2009 malgré les économies réalisées sur le carburant.

"On peut vraiment se demander pourquoi le consommateur ne fait pas mieux; il se peut qu'il faille du temps pour que les répercussions de la baisse du pétroler se fasse sentir", a observé James Liu.

Enfin, les dépenses de construction ont progressé en décembre mais moins que prévu, avec des dépenses tout juste en hausse dans le secteur privé et une baisse des investissements dans les projets d'électricité et de transports.

Par secteur, les valeurs de l'énergie ont inscrit le gain le plus appréciable, de 3%. Exxon Mobil a annoncé ce lundi une baisse moins importante que prévu de son bénéfice trimestriel.

L'action a pris 2,5%.

Les sociétés spécialisées dans l'énergie solaire ont eu le vent en poupe, dopées par le fait que la Chine eut annoncé qu'elle comptait installer 15 gigawatts de capacités solaires cette année, soit 43% de plus qu'en 2014. First Solar a gagné 7,5% et Canadian Solar 4,4%.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant