Wall Street finit en hausse après un bon indicateur d'activité

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a terminé en hausse mercredi, contre la tendance sur les marchés européens, soutenue par le rebond du pétrole et la perspective que le Réserve fédérale retarde toute hausse des taux, alors même que la croissance de l'économie américaine s'accélère au deuxième trimestre.

Wall Street a effacé ses pertes dès l'annonce en début de séance d'une accélération de la croissance dans les services en juin, à son plus haut niveau depuis novembre,

Les minutes de la réunion de juin de la Fed montrant que ses responsables ont décidé de ne pas relever les taux tant qu'ils n'auraient pas une vision plus claire des conséquences du référendum britannique sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne, ont confirmé la tendance.

L'indice Dow Jones a gagné 78,00 points, soit 0,44%, à 17.918,62 points. Le S&P-500, plus large, a pris 11,18 points, soit 0,54%, à 2.099,73 points. Le Nasdaq Composite a avancé de 36,26 points (+0,75%) à 4.859,16 points.

"Le courant de ventes de la semaine dernière a été une réaction excessive et ensuite, la tentative de rebond a été trop vite et trop fort", dit Art Hogan, responsable de la stratégie chez Wunderlich Equity Capital Markets.

Le vote des Britanniques en faveur de la sortie de leur pays de l'Union européenne alimente le repli des investisseurs sur les valeurs jugées les moins risquées: le cours de l'or a atteint son plus haut niveau depuis deux ans et le rendement des emprunts d'Etat américains à dix ans a touché un nouveau plus bas historique.

Toutefois, les responsables européens et américains se sont empressés de rassurer les investisseurs. La chancelière allemande Angela Merkel a dit que le "Brexit" aurait un impact limité sur l'économie du pays et le gouverneur de la Fed, Daniel Tarullo, a souligné que les marchés financiers étaient apparus bien préparés pour les conséquences du Brexit.

Tous les indices sectoriels du S&P ont fini en le vert, l'indice de la santé en tête avec un gain de 0,9%, tiré notamment par Celgene (+4,34%).

Facebook (+2,37%) a soutenu le Nasdaq et le S&P-500.

La volatilité des devises et les incertitudes sur les retombées économiques du référendum britannique du 23 juin alimentent les doutes sur le rebond attendu des profits des entreprises américaines.

Les bénéfices du S&P-500 sont attendus en recul de 3,9% au deuxième trimestre par rapport à la même période de l'an dernier et le consensus d'un rebond au troisième trimestre pourrait être remis en cause.

(Marcus E. Howard et Yashaswini Swamynathan, Juliette Rouillon pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant