Wall Street finit en baisse, regain d'inquiétudes sur la Chine

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en net recul mardi, les trois grands indices étant désormais en territoire négatif depuis le début de l'année, après la publication d'un nouvel indicateur attestant du ralentissement de la croissance de l'économie chinoise.

L'indice Dow Jones a entamé le mois de septembre sur une perte de 469,68 points en clôture, soit 2,84%, à 16.058,35 points. Le Standard & Poor's 500, plus large, a reculé de 58,33 points, soit 2,96% à 1.913,85 et le Nasdaq Composite a cédé 140,40 points, soit 2,94% à 4.636,11 points.

La veille, la Bourse de New York avait bouclé son plus mauvais mois depuis 2012 après les commentaires d'un membre influent de la Réserve fédérale suggérant qu'une hausse des taux d'intérêt dans deux semaines restait possible.

Depuis le début de l'année, les trois indices sont en repli de, respectivement, 9,9%, 7,05% et 2,11%.

L'activité du secteur de l'industrie manufacturière s'est contractée en août en Chine, tandis que sa croissance a faibli dans la zone euro et en Grande-Bretagne.

"Le PMI (chinois) est passé sous les 50 points, qui est un niveau psychologique important et met l'accent sur le fait que la Chine se contracte", dit Joe Rundle, trader chez ETX Capital.

Les résultats de ces enquêtes mensuelles auprès des directeurs d'achats (PMI) dans le monde entier, très suivis par les investisseurs, nourrissent les craintes d'un atterrissage brutal de l'économie chinoise, ce qui alimente la baisse des Bourses et des cours des matières premières.

La croissance du secteur manufacturier aux Etats-Unis a également ralenti en août, à son rythme le plus faible depuis plus de deux ans, selon l'enquête mensuelle de l'Institute for Supply Management (ISM) publiée mardi.

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, n'a rien fait pour calmer les nerfs des investisseurs en déclarant que la croissance mondiale serait probablement plus faible que prévu cette année.

Certains futures sur fonds fédéraux ont atteint leurs plus hauts du jour après les résultats de l'enquête ISM américaine, suggérant que les traders ont eu tendance à repousser encore leurs anticipations de hausse des taux de la Réserve fédérale.

"La volatilité devrait rester élevée pendant quelque temps ou au moins jusqu'à ce que la Fed nous donne une indication concernant (le calendrier de) la hausse des taux", dit Art Hogan, responsable de la stratégie chez Wunderlich Securities.

"Pour le moment, ils sont assez évasifs", ajoute-t-il.

L'indice Vix de volatilité des marchés a pris 10,45% à 31,4, au-dessus de sa moyenne de long terme qui se situe à 20.

L'indice des valeurs financières a perdu 3,49%, les indicateurs décevants ayant réduit la probabilité que la Fed relève ses taux dès ce mois-ci. Les banques JPMorgan, Wells Fargo et Citi ont reculé de plus de 4%.

Netflix a perdu 8,03% après l'annonce dans le magazine Variety qu'Apple (-4,47%) envisage de se lancer dans la création de contenus originaux pour concurrencer les spécialistes de vidéo à la demande.

Le titre Dollar Tree a abandonné 8,67% dans les premiers échanges. Le distributeur discount, qui vient d'acquérir son concurrent Family Dollar, a fait état d'un chiffre d'affaires trimestriel moins bon que prévu en raison de la concurrence féroce que lui livrent d'autres distributeurs comme Wal-Mart (-1,41%).

(Avec Tanya Agrawal, Juliette Rouillon pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant