Wall Street finit en baisse, la Fed est restée sur la réserve

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en baisse mercredi au terme d'une séance marquée à la fois par l'attente suscitée par la décision de la Fed et par des perturbations dans la cotation de certains titres qui ont affecté le New York Stock Exchange.

La Réserve fédérale n'a pas répondu aux attentes de beaucoup d'investisseurs qui attendaient d'elle qu'elle apporte une réponse musclée au ralentissement économique.

Ce statu quo ne s'est toutefois pas traduit par un cataclysme sur les marchés, les indices ayant à peine réagi au communiqué accompagnant les déclarations de la Fed.

Tous les regards sont désormais braqués sur la Banque centrale européenne dont le président Mario Draghi a déclaré la semaine dernière que la BCE ferait tout son possible pour préserver l'euro, en restant bien sûr dans le cadre de son mandat. La BCE livrera sa décision sur ses taux à 11h45 GMT.

Le Dow Jones des 30 valeurs industrielles américaines a perdu 0,25%, 32,55 points, à 12.976,13 points, le Standard & Poor's 500, indice de référence des gérants de fonds, a cédé 0,29%, 4,00 points, à 1.375,32 points et le Nasdaq, à forte pondération technologique, a abandonné 0,66%, 19,31 points, à 2.920,21 points.

La bonne nouvelle du jour est venue du front de l'emploi. Il a progressé plus que prévu au mois de juin dans le secteur privé, avec 163.000 postes créés, selon les données de l'enquête ADP. Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient en moyenne à 120.000 créations de postes.

L'indice ISM manufacturier, en revanche, a montré une nouvelle contraction dans l'industrie au mois de juillet, à un rythme identique à celui du mois de juin. L'indice ISM est ressorti à 49,8 contre 49,7 en juin, alors que les économistes l'attendaient en moyenne à 50,2.

Aux valeurs, les cotations sur plusieurs dizaines petites et moyennes valeurs cotées au New York Stock Exchange (NYSE) ont été perturbées mercredi en raison de volumes anormaux liés à une déficience technologique chez le teneur de marché Knight Capital et les cotations sur quelques unes d'entre elles ont été suspendues.

Knight Capital a plongé de 32,81%.

Le spécialiste des cartes de crédit Mastercard, qui a fait état d'une hausse moindre qu'attendu de son activité au deuxième trimestre avec le ralentissement de la consommation, a cédé 2,14%.

Avon Products, qui a accusé une chute de 70% de son bénéfice net au deuxième trimestre avec une baisse de son chiffre d'affaires et une nouvelle réduction de sa force de vente, a abandonné 1,22%.

Contre la tendance, Garmin a pris 1,96% après avoir fait état de résultats trimestriels nettement supérieurs aux attentes, à la faveur notamment de la nouvelle hausse des revenus tirés des ses terminaux de navigation.

Selon les données compilées par Thomson Reuters jusqu'à mardi à la mi-journée, sur les 321 entreprises du S&P 500 ayant publié leurs résultats du deuxième trimestre, 67,3% ont dépassé les attentes des analystes. Au cours des quatre trimestres précédents, ce taux est ressorti en moyenne à 68%.

Nicolas Delame pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant