Wall Street finit en baisse, l'aide à l'Espagne n'a pas convaincu

le
0
Wall Street finit en baisse, l'aide à l'Espagne n'a pas convaincu
Wall Street finit en baisse, l'aide à l'Espagne n'a pas convaincu

NEW YORK (Reuters) - L'annonce ce week-end d'une aide au secteur bancaire espagnol n'aura pas séduit les marchés bien longtemps, conduisant les indices boursiers américains en territoire négatif.

L'embellie, fugace, perceptible en journée sur les Bourses européennes ne s'est pas propagée aux Etats-Unis où les investisseurs ont préféré passer à la vente, tandis que le coût de la dette espagnole continuait de progresser avec les risques que cela comporte pour les finances publiques de Madrid.

Le Dow Jones des 30 valeurs industrielles américaines a perdu 1,14%, 142,97 points, à 12.411,23, le Standard & Poor's 500, indice de référence des gérants de fonds, a cédé 1,26%, 16,73 points, à 1.308,93 et le Nasdaq, à forte pondération technologique, a gagné 1,70%, 48,69 points, à 2.809,73.

L'action de Morgan Stanley, récemment présentée comme le baromètre de la confiance des investisseurs vis-à-vis des chances de la zone euro de se sortir durablement de la crise de la dette souveraine dans laquelle elle est embourbée, a terminé en baisse de 2,48% à 13,37 dollars, tandis que le tracker S&P du secteur financier finissait sur un repli de 1,92%.

"On réalise que l'Espagne, en fournissant des fonds à ses banques, va augmenter son ratio PIB/endettement", a commenté Paul Zemsky d'ING Investment Management. "Ils empruntent encore de l'argent, ne font rien pour la croissance."

Certains investisseurs craignent en outre que l'octroi de prêts par le MES ne déclenche pour l'Espagne le paiement des credit default swaps (CDS), ces instruments de couverture contre un risque de défaut, l'émergence d'un créancier privilégié se traduisant par une situation dégradée pour les détenteurs actuels de dette espagnole.

Aux valeurs, l'action Apple a terminé en baisse de 1,57%, contribuant amplement au net repli affiché par le Nasdaq 100. Les investisseurs n'ont pas été séduits par les annonces faites lundi soir par le directeur général de la marque à la pomme.

Navistar International a pris 1,33% à 27,74 dollars, après avoir atteint un plus haut à 30,88. Selon une information du Financial Times Deutschland, Volkswagen commencerait à réfléchir à une possible prise de participation dans le fabricant de poids lourds américain en difficulté en vue de combler l'écart par rapport à Daimler.

Edward Krudy, Nicolas Delame pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant