Wall Street finit en baisse, dans l'attente de Bernanke

le
2
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en baisse jeudi, à la suite de plusieurs séances sans relief, les investisseurs liquidant leurs positions à la veille du discours que doit prononcer le président de la Réserve fédérale.

Ben Bernanke s'exprimera lors des rencontres annuelles de Jackson Hole (Wyoming). Il ne devrait pas décevoir les attentes de ceux qui anticipent une intervention de la Fed pour la croissance, sans pour autant leur livrer grand chose de concret.

L'indice Dow Jones perd 106,77 points (0,81%) à 13.000,71. Le S&P-500 abandonne 11,01 points (0,78%) à 1.399,48. Le Nasdaq Composite recule de 32,47 points (1,05%) à 3.048,71.

L'indice S&P-500 a testé la marque des 1.400 points, un seuil de soutien qui s'est dégagé depuis plusieurs semaines. Il a évolué entre 1.400 et le pic du 2 avril de 1.422,38, par ailleurs barre de résistance, ces trois dernières semaines. Il a gagné près de 7% depuis la fin mai.

"Difficile de tirer la moindre conclusion, les marchés étant à ce point ténus", dit Stephen Massocca (Webdush Morgan).

De fait, le volume des échanges a été une nouvelle fois anémique, signe d'intervenants attentistes, tant que Bernanke ne s'est pas exprimé, qui s'ajoute à la traditionnelle quiétude des mois d'été. Des volumes aussi bas pourraient aussi peser sur les bénéfices des places boursières et des courtiers.

Si l'on songe que la Banque centrale européenne (BCE) tient sa réunion monétaire le 6 septembre, et que la statistique de l'emploi américaine d'août paraîtra le lendemain, voilà encore des éléments peu susceptibles d'encourager les investisseurs à s'engager sur le marché.

Du côté des statistiques, les dépenses des ménages américains ont augmenté de 0,4% au mois de juillet, un rythme sans précédent depuis le mois de février, offrant l'espoir d'une accélération de la croissance au troisième trimestre.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis sont elles restées à un niveau identique à celui de la semaine précédente lors de la semaine au 25 août, avec 374.000 nouvelles inscriptions.

Sur le front des entreprises, la quasi totalité des distributeurs américains ont inscrit une hausse des ventes plus forte que prévu en août, à surface comparable, en raison des achats de la rentrée scolaire.

Pourtant l'indice Morgan Stanley de la distribution a perdu 0,6%, affecté par le recul de 8% de Sears Holdings.

S&P Dow Jones Indices a annoncé qu'il remplacerait Sears par le chimiste LyondellBasell Industries dans le S&P-500 après la clôture de la Bourse le 4 septembre. LyondellBasell a gagné 3,8%.

Chuck Mikolajczak, Wilfrid Exbrayat pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 1REK1 le jeudi 30 aout 2012 à 23:56

    et arrêtez de parler d'investisseurs alors qu'il s'agit de SPECULATEURS !!!!

  • 1REK1 le jeudi 30 aout 2012 à 23:52

    C NAZE, arrive t'il a dormir tranquille Bernanke sachant tous ces milliards partis en fumée à cause de tous les spéculateurs qui s'en donne à coeur joie profitant de l'inquiétude dans laquelle on laisse les pp?