Wall Street finit en baisse après la réunion de la Fed

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Angela Moon

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a accusé sa baisse la plus marquée en trois semaines mercredi après que le compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale a montré que certains de ses responsables étaient prêts à revoir à la baisse dès juin le programme de soutien de la Fed à l'économie américaine.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a cédé 0,52%, soit 80,41 points, à 15.307,17. Le S&P-500, plus large, a perdu 13,81 points, soit 0,83%, à 1.655,35. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 38,82 points (-1,11%) à 3.463,30.

Il s'agit du plus fort repli quotidien en pourcentage du S&P 500, indice de référence des gérants de fonds, depuis celui de 0,93% du 1er mai.

Pourtant, en cours de séance, le Dow Jones avait atteint un nouveau record, à 15.542,40, après que Ben Bernanke, président de la Fed, a dit devant le Congrès que la banque centrale voulait voir davantage de preuves d'amélioration de l'économie américaine avant de songer à diminuer le rythme de ses rachats d'actifs.

Depuis septembre, dans le cadre de la troisième phase de sa politique d'assouplissement quantitatif ("quantitative easing" ou QE), la Fed consacre 85 milliards de dollars (66 milliards d'euros) par mois à acheter des bons du Trésor et des prêts immobiliers titrisés sur les marchés, afin de faire baisser les taux d'intérêt et de soutenir l'activité économique et l'emploi.

Ce soutien à l'économie, conjugué aux mesures prises par les autres grandes banques centrales, est le principal facteur de hausse de Wall Street depuis le début de l'année, qui a vu le Dow Jones et le S&P 500 enchaîner les records.

Malgré le repli de ce mercredi, ils affichent encore un bond de 16,8% et de 16% depuis le 31 décembre 2012. Le Nasdaq Composite est de son côté en progression de 14,7% sur la période.

UN MARCHÉ SENSIBLE

Avant le choc provoqué par les "minutes", Ben Bernanke avait déjà jeté un froid sur un marché actions, encore en hausse à ce moment là, en disant que la Fed pourrait décider de réduire ses achats d'actifs lors de l'une de ses "prochaines réunions" si la tendance à la reprise de l'économie se maintenait.

Ceci étant dit, le compte rendu de la dernière réunion de la Fed mentionne également, à l'instar du principal message de son président, que bon nombre de responsables de l'institution ont estimé qu'il fallait davantage de preuves de l'amélioration de l'économie des Etats-Unis avant de modifier l'actuel programme de soutien à l'activité.

"Le marché est très sensible, particulièrement à tout signe montrant qu'une revue à la baisse du programme de soutien est à l'ordre du jour", a déclaré Quincy Krosby, analyste technique chez Prudential Financial.

"Le marché n'attend pas que la Fed prenne une décision, il agit avant, cela marche comme cela."

Du côté des valeurs, l'action Pfizer a progressé de 1,81% à 29,30 dollars après que le groupe pharmaceutique a fait état de son intention de poursuivre la scission de sa filiale de santé animale Zoetis, en offrant à ses actionnaires d'échanger des titres Pfizer contre des actions Zoetis avec une décote de 7%.

Le titre Saks s'est envolé de 13,4% à 15,5 dollars suite à un article du New York Post qui, citant une source au fait du dossier, rapporte que la chaîne de magasins de luxe a fait appel aux services de Goldman Sachs pour explorer différentes pistes stratégiques, y compris une mise en vente de l'entreprise.

Benoit Van Overstraeten pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant