Wall Street finit en baisse après la BCE, avant l'emploi américain

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Rodrigo Campos

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini en légère baisse jeudi après la décision de la Banque centrale européenne (BCE) de ne pas, à ce stade, prendre de nouvelles mesures de soutien à l'économie et avant les chiffres de l'emploi du mois de novembre, attendus vendredi.

L'indice Dow Jones a cédé 0,07%, soit 12,52 points, à 17.900,10 points. Le S&P-500, plus large, a perdu 2,41 points, soit 0,12%, à 2.071,92 points. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 5,04 points (-0,11%) à 4.769,44 points.

Après quatre jours, le S&P affiche encore une hausse infime (+0,2%) depuis le début de la semaine. L'indice de référence des gérants de fonds, qui a signé en début de séance un nouveau record de 2.077,34 points, est actuellement sur une série de six gains hebdomadaires consécutifs.

La BCE jugera au début de l'an prochain de l'opportunité de mettre en oeuvre de nouvelles mesures pour relancer l'économie de la zone euro, a déclaré dans la journée son président Mario Draghi.

Lors de sa conférence de presse mensuelle à l'issue de la réunion du conseil des gouverneurs, Mario Draghi a assuré que les dirigeants de la BCE étaient unanimes dans leur détermination à adopter si nécessaire des mesures qui pourraient inclure l'achat de dette publique.

La BCE avait auparavant annoncé, comme attendu, le maintien de ses taux directeurs à leurs plus bas niveaux historiques.

"Mario Draghi n'a rien exclu. C'est une question de quand et non pas de si. Tout ce qu'il a dit est allé dans le bon sens à part le fait que la BCE n'a rien décidé (...)", a estimé Art Hogan, chargé de la stratégie chez Wunderlich Securities.

L'indice sectoriel de l'énergie a reculé de 0,86%, sous le coup à la fois d'un mouvement de prises de bénéfices après une hausse cumulée de 3,2% sur les trois séances précédentes et d'une rechute des cours du brut.

Depuis le début de l'année, cet indice accuse un repli de quelque 7,5% dans un contexte de plongeon des cours de l'or noir.

Malgré le fait que Wall Street évolue à des niveaux records, Bruce Bittles, chargé des investissements chez Robert W. Baird & Co, estime que le marché actions va poursuivre sa marche en avant à mesure que l'année se termine.

Selon lui, à court terme, "la menace principale est de voir le marché du travail créer 325.000 emplois (en un mois) car on redouterait alors de voir la Réserve fédérale agir plus vite que prévu. Mais nous n'y sommes pas encore".

Les économistes s'attendent à 230.000 créations d'emplois pour le mois de novembre.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant