Wall Street finit dans le vert, le S&P franchit un cap

le
0
LE DOW JONES FINIT EN HAUSSE DE 0,46%
LE DOW JONES FINIT EN HAUSSE DE 0,46%

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé lundi dans le vert au terme d'une séance qui a vu le S&P 500 passer pour la première fois le cap symbolique des 2.000 points avant de redescendre juste en dessous.

Les valeurs financières et biotechnologiques ont porté l'indice de référence, qui a clôturé à 1.997,92 points (+9,52 points, +0,48%).

L'indice Dow Jones a progressé de 0,44%, gagnant 75,65 points à 17.076,87 points, le Nasdaq Composite avançant de son côté de 18,79 points (0,41%) à 4.557,34 points.

La Bourse de New York se porte bien ces temps-ci, malgré les tensions géopolitiques et la réduction par la Réserve fédérale de sa politique de rachat d'actifs.

Les trois indices majeurs ont bouclé vendredi une troisième semaine consécutive de hausse, le Dow et le S&P savourant chacun leur meilleure performance hebdomadaire depuis le mois d'avril.

Le mouvement s'est prolongé lundi, encouragé notamment par un regain d'activités dans le domaine des fusions et acquisitions ainsi que par les anticipations par les marchés de nouvelles mesures de soutien à la croissance par la Banque centrale européenne (BCE).

Aux valeurs, InterMune a bondi de plus de 35,5%. La société de biotechnologies est visée par une offre de rachat d'un montant de 8,3 milliards de dollars formulée par le groupe suisse Roche

Burger King a pris 19,51%. La chaîne de restauration rapide discute du rachat de la chaîne canadienne de cafétérias Tim Hortons ce qui pourrait déboucher sur la création d'un géant affichant une capitalisation boursière de 18 milliards de dollars et permettre au spécialiste des hamburgers de se domicilier fiscalement en dehors des Etats-Unis.

Egalement en vedette, les financières, qui bénéficient de l'anticipation par les marchés de mesures plus agressives de la part de la BCE, peut-être sous la forme d'un programme de rachat d'actifs. Morgan Stanley, banque fortement exposée à l'Europe, a pris 2,18%.

Si les rendements des Treasuries ont à peine bougé dans un faible volume d'échanges, le dollar a eu le vent en poupe, atteignant dans la journée son plus haut niveau face à l'euro depuis prés d'un an.

Affaibli par la détérioration du climat des affaires en Allemagne et par l'implosion du gouvernement français après des divergences internes au sujet des choix économiques de François Hollande, l'euro a perdu 0,36% face à la monnaie américaine, autour de 1,3194 dollar.

(Chuck Mikolajczak, Patrick Vignal pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant