Wall Street finit à nouveau en baisse

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Les valeurs américaines ont accentué leur repli mercredi en cette deuxième séance de clôture dans le rouge, les investisseurs commençant à envisager la perspective d'un monde boursier qui ne serait plus soutenu par les programmes de relance des banques centrales.

L'indice Dow Jones a cédé 0,95% ou 124,80 points, à 13.074,75 points. Le Standard & Poor's, plus large, a cédé 1,02% (14,42 points) à 1.398,96 points, tandis que le composite du Nasdaq se repliait de 1,46% (45,48 points) à 3.068,09 points

Ce repli intervient malgré des chiffres meilleurs que prévu concernant l'emploi dans le secteur privé. Selon l'enquête mensuelle ADP, le secteur privé a créé 209.000 emplois en mars aux Etats-Unis, contre 200.000 attendus.

Mais ce qui continue de retenir l'attention des investisseurs, c'est que, lors de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale des Etats-Unis, seuls deux membres de son comité de politique monétaire ont estimé que d'autres mesures de soutien pourraient être nécessaires si l'activité économique s'affaiblissait ou si l'inflation restait à un niveau bas pendant une période prolongée.

Les mesures de soutien mises en place par la banque centrale américaine ont été le principal catalyseur du bond de quelque 30% enregistré par le S&P 500 depuis octobre, même si l'amélioration de la conjoncture aux Etats-Unis, telle que reflétée par les indicateurs, a également joué.

UNE RAISON DE BAISSER

"Le soutien le plus important pour l'économie et pour les marchés financiers ces deux derniers années a été le soutien (financier) et, sans lui, on se demande toujours si l'économie peut tenir toute seule", commente Bruce Bittles, responsable de la politique d'investissement chez Robert W. Baird & Co.

Certains investisseurs, comme Cummins Catherwood, chez Boenning & Scattergood, estiment toutefois qu'il ne faut pas sur-interpréter la baisse. Il souligne que le marché a besoin d'une raison pour consolider après sa forte hausse et que le tableau de fond, même s'il n'est pas très exaltant, est au moins solide.

Aux valeurs, General Electric, poids lourd du Dow Jones, a reculé de 1,1% à 19,74 dollars. Moody's a déclassé la note du conglomérat de Aa2 à Aa3. La note de sa filiale financière, GE Capital, a aussi été abaissée d'un cran.

Sandisk a chuté de plus de 11% à 44,51 dollars. Le fabricant de mémoires flash a réduit sa prévision de chiffre d'affaires du premier trimestre, invoquant une demande plus faible que prévu de la part des fabricants de combinés mobiles et des conditions de fixation des prix défavorables.

McDonald's a fini en baisse de 1,9% à 97,48 dollars. Goldman Sachs a sorti la valeur de sa liste d'achat de conviction et ramené son objectif de cours à 110 dollars.

Du côté des hausses, AIG a fini sur un gain de 5,3% à 32,52 dollars. Selon la chaîne de télévision CNBC, AIG pourrait lancer au deuxième trimestre l'introduction en Bourse de la filiale de location d'avions ILFC Holdings.

Chuck Mikolajczak, Benoit Van Overstraeten et Danielle Rouquié pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant