Wall Street enchaîne une quatrième séance de hausse consécutive

le
0

par Edward Krudy

NEW YORK, 23 décembre (Reuters) - Wall a terminé en hausse pour la quatrième séance consécutive vendredi, une série qui s'explique surtout par une batterie d'indicateurs macro-économiques jugés encourageants et qui permet au S&P 500, indice de référence de gérants de fonds, de repasser dans le vert sur l'ensemble de 2011.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles .DJI a gagné 1,02%, soit 124,35 points, à 12.294,00. Le S&P-500 .SPX , plus large, a pris 11,33 points, soit 0,90%, à 1.265,33. Le Nasdaq Composite .IXIC a avancé de son côté de 19,19 points (+0,74%) à 2.618,64.

Le S&P 500 a repris quelque 5% sur les quatre derniers jours et se retrouve, comme le Dow Jones avant lui, en territoire positif depuis le début de l'année. Le Nasdaq reste dans le rouge.

Sur l'ensemble de la semaine, le Dow gagne 3,6%, le S&P 3,7% et le Nasdaq 2,5%.

Pour expliquer le rebond de Wall Street, les investisseurs évoquent les bonnes statistiques américaines et la tradition qui veut que la place boursière connaît une hausse lors de la période des fêtes de fin d'année.

Mais ils restent prudent pour les perspectives 2012.

Le Congrès a approuvé vendredi une prolongation de deux mois de la réduction des charges sur les salaires. Le taux d'imposition, qui devait passer à 6,2% après le 31 décembre restera finalement à 4,2% jusqu'à la fin février 2012. (voir

ID:nL6E7NN1XR

Selon les intervenants du marché, ce déblocage temporaire enlève, du moins pour l'instant, un frein à une poursuite éventuelle du rebond de Wall Street au début de l'année prochaine.

Le département du Commerce a annoncé dans la journée que les ventes de maisons neuves avaient atteint en novembre un pic de sept mois et que le stock d'invendus n'avait jamais été aussi bas depuis cinq ans et demi. ID:nL5E7N13WS

"Plus que toute autre statistique, l'amélioration du marché immobilier suggère que cela va mieux sur le front de l'emploi", a déclaré Jim Paulsen, chargé des investissements chez Wells Capital Management.

Il a toutefois ajouté que l'étroitesse des volumes échangés ne rendait pas la tendance actuelle de Wall Street très pertinente.

Brian Battle, courtier chez Performance Trust Capital Partners, a noté que la crise de la dette de la zone euro n'était toujours pas résolue, que la croissance restait faible et que 2012 était une année électorale aux Etats-Unis.

"Il ne faut pas croire que nous sommes arrivés à bon port. On pourrait tout reperdre en janvier."

(Benoit Van Overstraeten pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant