Wall Street en petite forme, l'Ukraine dans toutes les têtes

le
2
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Les indices américains ont terminé dans le désordre mercredi après avoir effacé ou réduit leurs pertes dans l'espoir d'avancées diplomatiques dans le dossier ukrainien.

Le secrétaire d'Etat John Kerry rencontrera vendredi son homologue russe Sergueï Lavrov avant l'organisation le surlendemain d'un référendum en Crimée dont les habitants seront amenés à dire s'ils souhaitent prendre leur indépendance ou devenir Russes.

"Les investisseurs réexaminent la situation, ils regardent les gros titres et se mettent à penser que, peut-être, cela ne va pas se transformer au désastre en Ukraine et en Russie", commente Ken Polcari, d'O'Neil Securities.

"C'est une bonne chose qu'ils parlent et c'est une bonne chose que Kerry le fasse avant le week-end. S'ils font quelque chose pour apaiser la situation au cours du week-end, c'est positif."

Le Dow Jones des 30 valeurs industrielles américaines a perdu 0,07%, 11,17 points, à 16.340,08 points, le Standard & Poor's 500, indice de référence des gérants de fonds, s'est adjugé 0,03%, 0,57 point, à 1.838,20 points et le Nasdaq, à forte pondération technologique, a gagné 0,37%, 16,14 points, à 4.323,33 points.

La petite forme des marchés d'actions s'explique également par la persistance des préoccupations à l'égard du ralentissement économique en Chine.

Aux valeurs, EPL Oil & Gas a bondi de 28,82% après avoir donné son feu fert à son rachat par Energy XXI pour 2,3 milliards de dollars dette comprise. Energy XXI a cédé 7,83%.

Express Inc a de son côté chuté de 12,0% après que le groupe de prêt-à-porter eut fait part de résultats et de prévisions bien inférieurs aux attentes.

Oxigene Inc a bondi de 77,27%. Le groupe a dit que son traitement expérimental Zybrestat associé à l'anticancéreux Avastin de Roche ralentissait considérablement la progression d'une récidive cancéreuse ovarienne par rapport à l'Avastin utilisé seul.

Les rehausseurs de crédit Fannie Mae et Freddie Mac ont de leur côté plongé respectivement de 16,83% et 12,16% après que la Commission bancaire du Sénat a décidé de démanteler cette catégorie d'établissements publics.

(Rodrigo Campos, Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • adrasio le jeudi 13 mar 2014 à 02:21

    parfait bravo encore

  • titide le mercredi 12 mar 2014 à 23:20

    l'Ukraine n'est que de la gesticulation pour occuper les medias.