Wall Street en léger repli après les "minutes" de la Fed

le , mis à jour à 22:46
0

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a terminé sur une note très légèrement négative mercredi, après ses records atteints ces derniers jours et un compte-rendu jugé sans surprise de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Selon les "minutes" de la réunion des 28 et 29 avril, de nombreux responsables de la Fed ont estimé qu'il serait prématuré de relever les taux d'intérêt en juin.

Les investisseurs ont estimé que ces "minutes" n'apportaient aucun élément susceptible de modifier leurs attentes en ce qui concerne le calendrier de la hausse des taux de la Fed.

L'indice Dow Jones a cédé 26,99 points, soit 0,15%, à 18.285,40 points. Le S&P-500, plus large, a perdu 1,98 point, soit 0,09%, à 2.125,85. Le Nasdaq Composite a grignoté de son côté de 1,71 point (+0,03%) à 5.071,74 points.

Le compte rendu du comité de politique monétaire de la Fed montre également que la plupart des participants s'attendent à une reprise de l'économie américaine, après le ralentissement du premier trimestre, et à une amélioration du marché de l'emploi.

L'économie américaine a enregistré un coup de frein au premier trimestre et les dernières données macro-économiques dressent un tableau contrasté, ce qui tend à contrecarrer son projet de relèvement des taux d'ici la fin de l'année.

Alors que la fin de la "saison" des résultats approche, l'annonce par la deuxième chaîne de magasins de bricolage des Etats-Unis Lowe's de résultats trimestriels inférieurs aux attentes, à l'inverse de ceux publiés la veille par le numéro un du secteur Home Depot, a été mal accueillie. Le titre a perdu 4,64% à 68,50 dollars.

Le distributeur Target n'a pris que 0,33% après avoir relevé sa prévision de bénéfice annuel.

Au lendemain d'une glissade de 7,62%, le titre Yahoo a regagné 4,42%. Il s'était effondré en fin de séance mardi après des informations de presse selon lesquelles le fisc américain pourrait modifier les règles en vigueur en matière d'imposition du produit des scissions d'entreprise, alors que le portail internet prévoit de céder sa participation dans Alibaba.

Citigroup et JPMorgan ont peu réagi -- perdant toutes deux 0,79% -- à l'annonce qu'elles ont plaidé coupable de manipulation des taux de change dans une affaire qui se solde par des amendes de, respectivement, 2,285 milliards et 1,904 milliards de dollars au total.

(Tanya Agrawal et Noel Randewich, Juliette Rouillon pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant