Wall Street, en léger recul, reste proche de ses records

le , mis à jour à 23:19
0
    * Le Dow a perdu 0,19%, le S&P-500 0,24% et le Nasdaq 0,23% 
    * Les trois indices affichent des gains hebdomadaires 
    * Gap s'effondre 
 
 (Actualisé avec l'indice Russell-2000, dollar et Treasuries) 
    par Sinead Carew 
    18 novembre (Reuters) - La Bourse de New York s'est 
légèrement repliée vendredi tout en restant proche de ses 
records, ce qui ne l'a pas empêchée de connaître une deuxième 
semaine consécutive de hausse après l'élection de Donald Trump à 
la présidence des Etats-Unis. 
    L'indice Dow Jones  .DJI  a cédé 35,89 points, soit 0,19%, à 
18.867,93. Le S&P-500  .SPX , plus large et principale référence 
des investisseurs, a reculé de 5,22 points, soit 0,24%, à 
2.181,90. Le Nasdaq Composite  .IXIC  a perdu 12,46 points, soit 
0,23%, à 5.321,51 après avoir cependant touché en début de 
séance un pic historique à 5.346,80. 
    Sur la semaine, la progression est nettement moins 
spectaculaire que la semaine dernière mais le Dow affiche tout 
de même un gain hebdomadaire de 0,1%, le S&P-500 de 0,8% et le 
Nasdaq de 1,6%. 
    L'indice Russell-2000 des petites capitalisations  .RUT  a 
pour sa part vécu vendredi une 11e séance consécutive de hausse, 
sa plus longue série dans le vert depuis 2003. 
    Wall Street a connu un net mouvement de hausse après la 
victoire inattendue de Donald Trump à l'élection présidentielle 
américaine le 8 novembre, ce qui favorise désormais des prises 
de bénéfices, notamment sur les secteurs ayant le plus grimpé 
comme la santé  .SPXHC  (-1,14%), plus net recul sectoriel du 
jour. 
    Ce mouvement a néanmoins ralenti cette semaine, les 
investisseurs, ravis dans un premier temps par les promesses du 
président élu en matière de projets d'infrastructures et de 
baisses d'impôts, préférant désormais attendre des précisions 
sur son programme économique et sur la composition de son 
équipe. 
    "Je pense que, comme les grands indices sont à des pics 
historiques ou proches d'eux, nous sommes probablement partis 
pour une petite période au cours de laquelle les choses vont 
être digérées", prédit Terry Sandven, responsable de la 
stratégie sur les marchés actions chez US Bank Wealth 
Management. 
    "On s'attend de manière générale à ce que les actions soient 
mises de côté jusqu'à ce que nous ayons un peu plus de 
visibilité sur ce que vont être les politiques mises en oeuvre 
par la nouvelle administration", a-t-il ajouté. 
         
    HAUSSE DE TAUX ATTENDUE 
    L'un des effets les plus marquants de la victoire de Donald 
Trump a été l'envolée des rendements des emprunts du Trésor 
américain en prévision d'un redressement de l'inflation, ce qui 
a contribué à un net raffermissement du dollar. 
    Le billet vert a touché vendredi un nouveau plus haut depuis 
avril 2003 face à un panier de devises de référence, à 101,48 
 .DXY . Il s'est raffermi de plus de 4% au cours des deux 
dernières semaines, sa plus forte hausse sur une telle période 
depuis mars 2015. 
    Le rendement à 10 ans des emprunts du Trésor américain a 
pour sa part atteint 2,355%, un pic depuis décembre  US10YT=RR . 
Les rendements des Treasuries de toutes maturités ont enregistré 
leur plus forte progression sur deux semaines depuis plus de 
cinq ans. 
    Cette tendance est amplifiée par la perspective d'une hausse 
des taux d'intérêt le mois prochain aux Etats-Unis. 
    Les intervenants de marché estiment à 83% la probabilité 
d'un relèvement des taux de la part de la Réserve fédérale lors 
de sa prochaine réunion des 13 et 14 décembre, selon les données 
de Thomson Reuters. 
    Janet Yellen, sa présidente, a déclaré jeudi que la Fed 
pourrait relever ses taux "assez vite".   
    D'autres responsables de la banque centrale américaine ont 
été encore plus clairs ce vendredi, à l'image d'Esther George, 
de Robert Kaplan mais surtout de James Bullard, qui s'est 
ouvertement dit favorable à un tour de vis monétaire en 
décembre.   
    Aux valeurs, Gap  GPS.N  et Abercrombie & Fitch  ANF.N  ont 
plongé respectivement de 16,6%, largement la plus forte baisse 
du S&P-500, et de 13,8%. Les deux enseignes de prêt-à-porter ont 
prévenu que la période des fêtes de fin d'année pourrait 
s'avérer difficile pour leurs activités.   
    Salesforce  CRM.N  a en revanche gagné 3,4%. Le spécialiste 
des logiciels de la relation client a publié des résultats 
trimestriels et des prévisions pour le trimestre en cours 
meilleurs que prévu. 
 
 (Avec Rodrigo Campos, Lewis Krauskopf, Richard Leong et Dion 
Rabouin à New York, Tanya Agrawal à Bangalore; Bertrand Boucey 
pour le service français) 
  
 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant