Wall Street en baisse, prudence avant le référendum britannique

le
0
    * Le Dow a cédé 0,27%, le S&P-500 0,17% et le Nasdaq 0,22% 
    * La prudence prévaut à la veille du référendum britannique 
    * Tesla ne convainc pas avec le rachat de SolarCity 
 
 (Répétition sans changement d'une dépêche transmise mercredi 
soir) 
    par Rodrigo Campos 
    NEW YORK, 23 juin (Reuters) - La Bourse de New York a fini 
mercredi en léger recul dans des volumes limités à la veille du 
référendum en Grande-Bretagne sur le maintien ou non du pays au 
sein de l'Union européenne, dont le résultat imprévisible incite 
les investisseurs à la prudence. 
    L'indice Dow Jones  .DJI  a perdu 48,90 points, soit 0,27%, 
à 17.780,83. Le Standard & Poor's-500  .SPX , plus large et 
principale référence de nombreux investisseurs, a cédé 3,45 
points (0,17%) à 2.085,45 et le Nasdaq Composite  .IXIC  a 
reculé de 10,44 points (0,22%) à 4.833,32. 
    Le S&P-500 s'est une nouvelle fois heurté en début de séance 
au plafond des 2.100 points, seuil de déclenchement d'ordres de 
ventes. 
    La tendance était alors à la hausse avec la publication des 
statistiques des reventes de logements aux Etats-Unis, qui ont 
atteint en mai leur niveau le plus élevé depuis neuf ans. 
    L'incertitude autour du référendum en Grande-Bretagne a 
cependant rapidement repris le dessus et de nouveau accaparé 
l'esprit des investisseurs. 
    L'issue de cette consultation aux enjeux politiques et 
financiers majeurs s'annonce serrée et les derniers sondages ne 
cessent de donner des prédictions contradictoires, avec de 
faibles écarts.   
    "Il ne se passe quasiment rien aujourd'hui", dit Art Hogan, 
responsable de la stratégie de marché chez Wunderlich Securities 
à New York. 
    "On récupère une partie des pertes de la semaine dernière et 
on est un peu en situation d'attente avant le vote de demain." 
    Environ 6,3 milliards de titres ont été échangés, contre une 
moyenne de 6,8 milliards sur les 20 dernières séances. 
    La deuxième journée d'audition de Janet Yellen par le 
Congrès n'a guère pesé sur la tendance. La présidente de la 
Réserve fédérale a, comme la veille, tenu un discours prudent: 
elle a minimisé le risque de récession mais elle a averti que le 
référendum en Grande-Bretagne et le ralentissement de l'emploi 
aux Etats-Unis constituaient des risques à court terme. 
    Ces propos contribuent à affaiblir l'hypothèse d'un 
relèvement des taux en juillet aux Etats-Unis et à déprécier le 
dollar, qui perd 0,26% face à un panier de devises de référence 
 .DXY  à 93,7730. 
    La livre sterling a notamment regagné du terrain face au 
billet vert  GBP=  (+0,33%) à 1,4693 dollar. 
    Le rendement à 10 ans des emprunts d'Etat américains 
 US10YT=RR  n'a quasiment pas bougé à 1,69%. 
         
    ADOBE DÉÇOIT AVEC SES PRÉVISIONS 
    AUx valeurs, le secteur de la santé  .SPXHC  (+0,33%), plus 
forte des trois seules hausses sectorielles du jour, a profité 
de la publication d'une étude affirmant que les dépenses du 
système Medicare ne dépassaient pas les plafonds prévus et ne 
nécessitaient pas la création d'un comité de contrôle des coûts. 
    Avec un gain de 1,40%, le laboratoire Merck  MRK.N  a signé 
la plus forte hausse du Dow Jones tandis que Celgene  CELG.O  a 
pris 2,45%. 
    L'indice des biotechnologies sur le Nasdaq  .NBI  a avancé 
de 0,68%. 
    Le secteur pétrolier  .SPNY  (-0,59%) a en revanche été 
plombé par le recul des cours du pétrole, pénalisés par 
l'annonce d'une baisse moins forte que prévu des stocks de brut 
la semaine dernière aux Etats-Unis.   
    Tesla  TSLA.O  n'a, pour sa part, pas convaincu les 
investisseurs avec son projet de rachat du spécialiste des 
panneaux solaires SolarCity  SCTY.O , qui pourrait coûter au 
groupe d'Elon Musk 2,8 milliards de dollars.   
    Le titre du constructeur de voitures électriques a plongé de 
10,45% alors que SolarCity a pris 3,26%. 
    Adobe  ADBE.O  a été sanctionné d'une chute de 5,73%, plus 
fort recul du S&P-500, après avoir déçu les investisseurs avec 
sa prévision de chiffre d'affaires annuel. 
    McDonald's  MCD.N  a abandonné 1,64%, de loin le principal 
frein à la progression du Dow Jones, après un changement de 
recommandation de Nomura qui est passé d'"acheter" à "neutre" 
sur le titre. 
    FedEx  FDX.N  a cédé 4,54% au lendemain de l'annonce par le 
groupe de messagerie et de logistique d'une perte nette 
trimestrielle.   
 
 (Avec Tanya Agrawal; Bertrand Boucey pour le service français) 
  
 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant