Wall Street en baisse après un record de 4 ans du S&P 500

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Rodrigo Campos

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en baisse mardi sur des prises de bénéfices alors que le S&P 500 avait touché plus tôt un plus haut de séance inédit en quatre ans.

L'indice de référence des gérants de fonds, a atteint un plus haut de séance à 1.426,68, ce qui ne lui était plus arrivé depuis mai 2008.

Il a terminé en baisse de 0,35%, 4,96 points, à 1.413,17. Le Dow Jones des 30 valeurs industrielles américaines a quant à lui abandonné 68,06 points (-0,51%) à 13.203,58. Le Nasdaq, à forte pondération technologique, a cédé 8,95 points (-0,29%) à 3.067,26.

Les volumes sont restés assez étroits, comme souvent en fin de mois d'août.

Les reculs enregistrés mardi ne semblent pas remettre en question la tendance haussière enregistrée ces deniers temps.

Depuis plusieurs semaines, les marchés d'actions rebondissent sur des espoirs que la BCE prenne des mesures pour endiguer la crise de la dette lors de sa prochaine réunion en septembre, notamment par le biais d'un programme de rachats de dette souveraine pour faire baisser les coûts d'emprunt de l'Espagne et de l'Italie.

La publication ce week-end d'un article du journal Der Spiegel, rapportant que la BCE s'apprêtait à instituer des seuils sur les rendements des dettes italiennes et espagnoles au-delà desquels elle procéderait à des rachats, a alimenté l'optimisme.

Si la BCE a tenté lundi d'atténuer la portée du contenu de l'article de l'hebdomadaire allemand, la publication d'un article rapportant des faits semblable dans le Daily Telegraph a convaincu les investisseurs qu'un tel projet était sur les rails.

Au valeurs, Best Buy a chuté de 1,37% à 17,91 après avoir touché plus tôt un plus bas de 10 ans à 16,25 dollars. Le groupe a abaissé mardi sa prévision de résultat annuel, invoquant des anticipations plus basses et des incertitudes sur le lancement sur de nouveaux produits clés.

Best Buy a en outre annoncé qu'il abandonnait le programme de rachat d'action prévu pour le restant de l'année.

Comme souvent ces dernières semaines, Facebook s'est illustré à ses dépens avec un plongeon de 4,25% à 19,15 dollars après la cession par l'un de ses actionnaires historiques de 400 millions de dollars de titres.

Nicolas Delame pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant