Wall Street: doit tout au pétrole, dont la hausse intrigue.

le
0

(CercleFinance.com) - Wall Street a fini quasiment au plus haut : affichant +1% à partir de la mi-séance, les indices US n'ont quasiment rien cédé jusqu'au coup de cloche final.

La raison de cette hausse d'une ampleur imprévue n'a rien à voir avec les 'fondamentaux' mais tout à voir avec le pétrole (+4,25% à 42$... puis -2% peu après 22H30 sur une hausse de +6,2Mns de barils de stocks hebdo selon l'API).

Et cette hausse du baril ne s'explique que par le 'coup de chapeau' (orchestré) adressé aux rumeurs d'accord sur un plafonnement de la production saoudienne et russe.

Ce n'est non seulement pas un scoop mais cela signifie que les 2 premiers producteurs mondiaux vont continuer d'extraire du pétrole à un rythme jamais égalé dans l'histoire respective de ces deux pays.

La pénurie n'est pas pour demain, d'autant que l'Iran va continuer d'accroître ses exportations (présence à Doha d'un représentant de Téhéran encore incertaine).

L'envol du baril pour les raisons invoquées par ceux qui les reprennent telles quelles et sans trop creuser l'analyse n'est pas pleinement convaincante. En revanche, il y a avait un intérêt certain à tirer les cours du pétrole dans un contexte macroéconomique et microéconomique morose.

Le FMI a annoncé ce mardi réduire de +3,4% à +3,2% son objectif de croissance mondiale et s'alarme ouvertement des risques de croissance trop faible et d'une 'escalade des menaces' (en provenance de Chine et d'autres émergents), tandis que les trimestriels d'Alcoa ont déçu.

Mais Dow Jones en termine sur un spectaculaire +0,95% (à 17.720Pts), devancé par le 'S&P' qui grimpe de +0,97% à 2.062Pts (et repasse positif sur l'année 2016).

Le Nasdaq reste un peu en retrait avec +0,80%... et le VIX rechute de -8% à 14,95 (la confiance est de nouveau au beau fixe à Wall Street).

Mais même avec un baril à 42$ et une FED qui répète qu'elle 'ne bougera pas' avant longtemps -ce que l'on sait déjà depuis 10 jours-, +1% de hausse à Wall Street, c'est difficile à justifier, surtout après les résultats d'Alcoa et vu la baisse des profits qui se profile.

L'envol du pétrole a fait exploser Chesapeake de +35% (pétrole et gaz), Southwest +15,4%, Marathon +12,4%, Range +9,2%, Oneok +8%, Transocean +7%, Devon +6,6%, Conoco et Anadarko +5,5%, Diamond Offshore +4,4%, Cabot Oil +3,8%, Chevron +2,4%.

Le Nasdaq bénéficie de rachats à bon compte sur Alexion +3,8%, Regeneron +3,2%, Biomarin +2,2%, Gilead +1,5%... sans oublier +1,3% sur Apple.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant