Wall Street devrait rester perturbée par la Fed

le
0
WALL STREET DEVRAIT DE NOUVEAU ÊTRE FRAGILISÉE PAR LA FED
WALL STREET DEVRAIT DE NOUVEAU ÊTRE FRAGILISÉE PAR LA FED

par Angela Moon et Caroline Valetkevitch et ITEAM EMEA

NEW YORK (Reuters) - Les acheteurs à bon compte devront se méfier. La baisse de 2% de Wall Street la semaine dernière ne présente peut-être pas les opportunités d'achats auxquelles on pourrait s'attendre.

Les marchés d'actions vont démarrer la dernière semaine de juin encore sous le coup du projet de la Réserve fédérale américaine de limiter son programme de rachats d'actifs destiné à soutenir la croissance, appelé "quantitative easing" ou QE.

La volatilité devrait rester élevée avec les réajustements de portefeuilles en perspective du retrait partiel de la Fed.

L'indice CBOE de volatilité, le "baromètre de la peur" à Wall Street, a grimpé de 10,2% la semaine dernière, après avoir déjà nettement augmenté depuis que le président de la Fed Ben Bernanke a évoqué le sujet il y a cinq semaines.

"L'inquiétude concernant la Fed va pousser les investisseurs à revoir les valorisations. Les fonds alternatifs ("hedge funds") le feront. Mais je ne crois pas qu'ils seront les seuls à vendre", estime Ken Polcari, d'O'Neil Securities à New York.

SIGNAUX NÉGATIFS

Après l'annonce par la Fed que le marché ne pourra plus compter sur l'argent facile, dans un avenir qui pourrait être proche, les investisseurs vont se concentrer sur les facteurs fondamentaux de l'économie, qui envoient des signaux négatifs. L'économie américaine reste fragile, les marchés du crédit en Chine sont sous pression et les taux d'intérêt sont en hausse.

Parmi les sujets d'inquiétude figurent les perspectives de résultats du deuxième trimestre. Le nombre d'avertissements négatifs pour le deuxième trimestre sont 6,5 fois plus nombreux que les annonces positives, le ratio le plus mauvais depuis le premier trimestre 2001, selon les données de Thomson Reuters.

Les restrictions budgétaires, dont les 85 milliards de dollars de coupes automatiques dans le cadre de la procédure dite de "séquestre", en sont l'une des causes.

Le séquestre a déjà eu un impact sur le secteur technologique et l'alourdissement de la fiscalité depuis le début de l'année a pesé sur le secteur de la consommation.

Parmi les dix sociétés ayant déjà publié, il y a eu quelques déceptions. Le géant des logiciels Oracle a notamment publié des résultats inférieurs aux attentes pour le deuxième trimestre consécutif, faisant douter de sa capacité à rebondir face à de jeunes concurrents agressifs.

BAISSE EN VUE DES RÉSULTATS

Les estimations des analystes pour la croissance des résultats des sociétés de l'indice S&P 500 ont été sérieusement révisées en baisse, à 3,2% contre 6,1% au 1er avril.

Les banques, particulièrement sensibles aux variations de taux d'intérêt, seront parmi les premières à publier leurs comptes trimestriels, alors que les rendements de obligations du Trésor américain viennent d'atteindre leurs plus hauts niveaux en 22 mois à la suite des annonces de la Fed.

Même si un allègement du plan de rachat d'actifs de la Fed peut être un élément de soutien s'il dope les marges d'intérêt, les investisseurs craignent que des pertes de trading ne pèsent sur les résultats de certaines des plus grandes banques.

Les prévisions de résultats pour le reste de l'année sont meilleures, avec une estimation moyenne de croissance de 8,7% des résultats pour le troisième trimestre et de 13,1% pour le quatrième trimestre, selon les données de Thomson Reuters data.

Si les prévisions de la Fed s'avèrent justes et que l'économie se redresse, cela apportera un soutien aux actions.

"N'oublions pas que le ralentissement (des achats de la Fed) est un vote de confiance, ce qui serait une bonne nouvelle", dit David Joy, stratège chez Ameriprise Financial à Boston.

Malgré son recul de 2,1% de la semaine dernière, le S&P 500 affiche encore une hausse de 11,7% depuis le début de l'année.

Juliette Rouillon pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant