Wall Street devrait finir 2016 en légère hausse

le
0
VERS UNE HAUSSE LIMITÉE DES MARCHÉS AMÉRICAINS EN 2016
VERS UNE HAUSSE LIMITÉE DES MARCHÉS AMÉRICAINS EN 2016

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - La période agitée qu'ont vécue les marchés actions américains en début d'année semble révolue mais 2016 ne devrait se solder que par une hausse limitée, selon les professionnels interrogés par Reuters.

Les préoccupations liées à la faiblesse des profits, à la remontée des taux d'intérêt et au ralentissement de l'économie mondiale devraient empêcher les cours des actions de progresser fortement, malgré l'amélioration de la conjoncture aux Etats-Unis, montre cette enquête trimestrielle.

Dans ce contexte, bon nombre des professionnels interrogés favorisent les valeurs sensibles à la conjoncture comme les technologiques ou celles de l'énergie - le secteur qui a le plus souffert en 2015 - au détriment des défensives.

L'indice Standard & Poor's-500 devrait finir l'année à 2.100 points, ce qui correspondrait à une hausse d'à peine 2% par rapport à sa clôture de jeudi (2.059,74) et de 3% par rapport à la fin 2015, selon la médiane des prévisions des 42 responsables de stratégies d'investissement interrogés sur la semaine écoulée.

Ces derniers se montrent un peu moins pessimistes qu'ils ne l'étaient après le recul marqué des marchés en septembre dernier mais les prévisions pour l'année en cours ont été revues en baisse par rapport à l'enquête de décembre, lorsque la médiane donnait le S&P-500 à 2.207 points fin 2016.

FAIBLE HAUSSE DES PROFITS EN VUE

"On a beaucoup remonté par rapport aux plus bas d'il y a six ou sept semaines. Nous pensons que d'ici à la fin de l'année, le marché arrivera à progresser un peu mais ça ne se fera pas sans une augmentation de la volatilité", explique Leo Grohowski, responsable de la stratégie d'investissement de BNY Mellon Wealth Management.

Comme d'autres spécialistes interrogés, il cite l'évolution des bénéfices des sociétés cotées comme l'un des principaux sujets de préoccupation.

"Même dans l'hypothèse d'une remontée lente des taux d'intérêt, il ne faut pas s'attendre à grand chose en terme d'amélioration du PE du marché", dit Leo Grohowski, qui voit le S&P-500 finir l'année à 2.150 points.

Le ratio cours/bénéfice (price to earnings, PE) de l'indice est actuellement de 16,9 et dépasse donc déjà sa moyenne de long terme de 14,7, selon les données Thomson Reuters, qui montrent aussi que les analystes s'attendent à une nouvelle dégradation des profits au premier trimestre et à une hausse de 2% de ceux-ci sur l'ensemble de l'année.

Parallèlement, Wall Street reste dans l'incertitude quant à l'évolution des taux d'intérêt, une partie des investisseurs craignant de voir la Réserve fédérale relever ses taux plus rapidement ou plus fortement qu'anticipé par le marché.

Parmi les autres sujets d'inquiétude évoqués dans l'enquête figurent la crainte d'une nouvelle vague d'attentats dans le monde, la campagne présidentielle aux Etats-Unis et la vigueur du dollar, qui désavantage les multinationales.

Le Dow Jones devrait, selon l'enquête, finir à 18.050 points fin décembre, en hausse de 2,0% par rapport à sa clôture de jeudi, et de 3,6% par rapport à la fin 2015.

Fin juin, le S&P-500 devrait évoluer à 2.043 points et le Dow à 17.626, selon les médianes des estimations.

(avec Laila Kearney, Lewis Krauskopf, Chuck Mikolajczak, Rodrigo Campos et Noel Randewich; Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant