Wall Street: découvre que Donald Trump est en fait magique !

le
1

(CercleFinance.com) - Hillary ou le chaos.

Ce n'est pas Hillary, mais c'est effectivement le chaos... pour les vendeurs qui ont écopé d'un des plus improbables contrepieds de l'histoire des marchés, avec un Wall Street euphorique et qui gagne jusqu'à +1,5%, exactement comme si la candidate démocrate l'avait emporté.

Le Dow Jones s'est même offert de le luxe d'aller tutoyer son record absolu, à 0,2% près, avec une culmination à 18.650Pts (+1,8%) avant d'en terminer sur un score qui reste de toute façon inespéré de +1,4%.

Le gain dépasse 1,1% pour le 'S&P' (à 2.163) et le Nasdaq qui affichait un bon -3,5% en préouverture, lors de l'officialisation de la victoire de Donald Trump.

Et pour bien enterrer ceux qui avaient 'pris leurs précautions', le VIX dévisse de -23%, sous les 14,4, un véritable 'jackpot' pour les -très rares- opérateurs ayant 'shorté' la volatilité, malgré le risque de matérialisation d'un 'Brexit bis'.

A moins que ceux qui ont vendu n'ait su que quoi qu'il advienne, ce serait champagne et cotillons à Wall Street.

Mais là, il ne s'agit plus de logique financière et économique: il s'agirait d'un plan 'politique' conçu à l'avance et exécuté de main de maître.

Un vieux dicton boursier affirme que le consensus a souvent tort... mais en l'occurrence, le consensus, c'était la facile victoire d'Hillary Clinton, et ce consensus là qui -comme pour le Brexit le 24 juin- aurait pu 'prendre très cher' en ce mercredi !

Car on se demande bien ce que le 'marché' (qui se résumait semblerait-il à un seul -très gros- acheteur) a 'payé'.

La victoire de Donald Trump n'était-elle pas présentée comme le pire cauchemar de Wall Street ?

Son programme économique est jugé au mieux ridicule, au pire dénoncé sans relâche comme une catastrophe pour les USA et ses partenaires (protectionnisme, déficits abyssaux, animosité envers la FED, etc.).

Et voilà que ce programme repoussoir séduirait soudain les investisseurs, au prétexte que Donald Trump se déclare pro-business, pro-dépenses keynésiennes ?

Et si Donald Trump n'applique pas son programme, que fera t'il à la place, en dehors de trahir ses promesses de campagne et se moquer de ses propres électeurs (il aurait donc raconté n'importe quoi pour se faire élire) ?

Alors de nouveau, posons nous la question: qu'est-ce que le marché a 'payé' ce mercredi ?

Le statu quo fiscal sur les valeurs mobilières, le soulagement concernant le contrôle du prix des médicaments (euphorie du secteur 'Biotechs/pharmas') ?

Alors quid de la politique étrangère, des déclarations incendiaires à l'encontre de la FED, des relations commerciales avec les signataires de l'Alena ?

Ce ne sont manifestement plus des 'sujets' ?

En ce qui concerne les anticipations relatives à la politique monétaire, les investisseurs ont retourné leur veste pas moins de 2 fois en l'espace d'une demi-journée.

Initialement, ils étaient d'avis que l'élection de Donald Trump avait fortement réduit les chances d'une hausse des taux de la FED en décembre (elle ne voudrait pas jeter de l'huile sur le feu).

Mais renversement complet du consensus dès la mi-journée: la probabilité d'un resserrement monétaire imminent était de nouveau estimée plus de 70% puis plus de 80% en fin d'après-midi.

Et d'autres hausses sont anticipées d'ici juin prochain: Trump a promis de doper la croissance à coup de déficits, et des hausses de salaires.

La FED devrait donc prendre les devants car l'inflation risque de faire son grand retour en 2017.

Le rendements des T-Bonds explosait de +18Pts vers 2,05%: c'est vertigineux car le '10 ans' affichait 1,72% ce matin après la douche froide de la défaite d'Hillary Clinton.

Le Nasdaq Composite a été boosté par une ruée presque historique sur le secteur 'biotech/pharma', éprouvé cette année par les commentaires d'Hillary Clinton sur la cherté des médicaments: le secteur de la santé s'envole de +6% avec Regeneron +13,8%, Endo +12,2%, Vertex +12%, Celgene +10,7%, Biomarin +10, Allergan +8,7%, Biogen +8,2%, Pfizer +7%, Biomarin, Gilead et Merck +6%, Bristol Myers +5,9%, Mylan +4,9%, etc.

Une hausse de taux ne semble plus faire peur à Wall Street, d'où un vent d'euphorie soufflant également sur les banques, avec Morgan Stanley +7%, Goldman Sachs +5,9%, Bank Of America +5,7%, Wells Fargo +5,4%, JP-morgan +4,6%, sans oublier Metlife à +7,1%.

Le raisonnement est qui si les taux sont plus élevés, les banques prêteront plus volontiers (pour profiter de meilleures marges... mais qui obtiendra le feu vert pour emprunter).

Le secteur du BTP s'est également enflammé avec Franklin Resources +12,2%, Fluor +10,2%, Vulcan Materials +9,9%, CF Industries +8,8% et naturellement le fabricant d'engins de chantier Caterpillar +7,7%

Mais les opérateurs se sont montrés sélectifs, les trimestriels continuant de tomber: les déceptions sont lourdement sanctionnées, à l'image de Tripadvisors -16,6%, Delphi Automotive -6,5%, Exelon -5%, Intuitive Surgical -4,9%, Mondelez -4,4%, First Solar -4,2%, Tesla -2,5%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • danalias il y a 4 semaines

    Magique Donald