Wall Street craint des statistiques vigoureuses

le
0
WALL STREET CRAINT DES STATISTIQUES VIGOUREUSES
WALL STREET CRAINT DES STATISTIQUES VIGOUREUSES

par Chuck Mikolajczak

NEW YORK (Reuters) - Wall Street se prépare à une semaine riche en statistiques économiques qui pourraient donner raison à la Réserve fédérale et conforter les anticipations de hausse de taux dès le mois prochain.

Indices d'activité dans le secteur manufacturier, commandes de biens durables, confiance du consommateur et croissance révisée du premier trimestre seront scrutés de près par les investisseurs.

Des signes d'amélioration de ces indicateurs viendraient conforter le scénario d'un resserrement monétaire et, de ce fait, pourraient peser sur le marché boursier.

"Ce sont des données importantes qui sont attendues, or la communauté des investisseurs est actuellement dans l'idée que de bonnes nouvelles sont des mauvaises nouvelles pour le marché", dit Jack Ablin, directeur des investissements chez BMO Private Bank à Chicago.

Lundi dernier encore, la probabilité d'une hausse de taux en juin était évaluée à 4% seulement selon le baromètre FedWatch de CME Group. Mais elle était d'environ 30% en fin de semaine après la publication du compte rendu de la réunion d'avril de la Fed, un message de fermeté relayé ensuite par le président de la Fed de New York, William Dudley.

"Cela restera comme la semaine du grand tournant de la Fed, d'un changement de discours", remarque Peter Kenny, stratège chez Global Markets Advisory Group à Berkeley Heights, dans le New Jersey. "D'un discours prudent, très prudent, on est passé à quelque chose de plus constructif sur l'économie."

La banque centrale, qui avait remonté ses taux directeurs en décembre pour la première fois depuis près de 10 ans, a indiqué dans ses "minutes" qu'elle aurait probablement à les relever de nouveau en juin si les indicateurs macroéconomiques vont dans le sens d'une accélération de la croissance aux Etats-Unis au deuxième trimestre, d'un redressement de l'inflation et d'un raffermissement du marché du travail.

Le comité de politique monétaire de la Fed se réunira les 14 et 15 juin.

ROTATION BIENVENUE POUR LES BANQUES

Mais plutôt qu'une baisse générale du marché, les anticipations de hausse de taux pourraient entraîner une rotation sectorielle avec, comme toujours, des gagnants et des perdants.

Les valeurs financières, principales bénéficiaires d'une hausse du loyer de l'argent, pourraient ainsi retrouver un peu de lustre après une année difficile tandis que les secteurs des services aux collectivités et des télécommunications risquent de perdre de leur attrait, tout comme les sociétés d'investissement immobilier.

Leur sous-performance a rendu les valeurs bancaires bon marché. Selon DataStream, la valorisation du secteur par rapport à l'indice Standard & Poor's 500 est à son plus bas niveau depuis plus de 10 ans.

Après trois semaines consécutives de baisse, l'indice S&P des banques a rebondi de près de 4% sur les cinq dernières séances à Wall Street dans la perspective d'une hausse des taux qui viendrait gonfler leurs résultats.

Les secteurs qui bénéficiaient de l'environnement de taux bas, comme les télécoms et les "utilities" ont à l'inverse perdu plus de 2% sur la semaine, leur plus mauvaise performance hebdomadaire depuis plus d'un mois.

"Ce mouvement de rotation va se poursuivre", prédit Scott Keifer, chez JP Morgan Private Bank à Orange County en Californie. "C'est juste que le marché intègre dans les cours que la réunion monétaire de juin est ouverte."

(Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant