Wall Street commence le troisième trimestre en hausse

le
0

par Angela Moon

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a entamé le troisième trimestre sur une note positive, portée par des indicateurs macro-économiques attestant une nouvelle fois de la solidité de certains pans de l'activité du pays.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a gagné 0,44%, soit 65,36 points, à 14.974,96. Le S&P-500, plus large, a pris 8,68 points, soit 0,54%, à 1.614,96. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 31,24 points (+0,92%) à 3.434,49.

Le S&P 500, indice de référence des gérants de fonds, poursuit ainsi sur sa lancée du premier semestre qui, avec un gain de 12,6%, est le meilleur depuis les six premiers mois de 1998.

Ce bond a surtout été le fait des injections massives de liquidités effectuées par la Réserve fédérale depuis septembre dans le cadre de son programme d'assouplissement quantitatif.

Mais, après un record de clôture de 1669,16 points inscrit le 21 mai, le S&P a vu son élan brisé par des déclarations de Ben Bernanke, président de la Fed, disant que la banque centrale américaine pouvait commencer à diminuer le rythme de ses rachats obligataires au cours de l'année.

La semaine dernière, certains responsables ont rappelé que la revue en baisse du programme de soutien n'était pas qu'une question de calendrier mais dépendait surtout de l'état de l'économie.

Ces propos ont quelque peu apaisé les craintes d'un dénouement imminent du "QE3", mais les interrogations sur la date à partir de laquelle la Fed commencera à racheter moins d'actifs obligataires resteront pendant un certain temps source de volatilité.

"Je crois que les intervenants de marché essaient toujours de voir comment inscrire dans les cours des taux d'intérêt légèrement plus élevés, même si cela ne devrait pas intervenir avant au moins un an", a déclaré Randy Frederick, directeur général du trading et des dérivés chez Schwab Center for Financial Research.

A très court terme, il note que le fait que les chiffres de l'emploi du mois de juin, programmés vendredi, interviennent au lendemain du jour férié du 4 juillet est une autre source potentielle de volatilité.

En attendant cet indicateur très suivi, d'autres statistiques ont porté la cote ce lundi : les dépenses de construction ont atteint en mai leur niveau le plus élevé en près de quatre ans, le vif rebond dans le secteur public ayant largement compensé un fléchissement de la construction privée non résidentielle.

Et l'activité manufacturière aux Etats-Unis a renoué avec la croissance en juin même si les effectifs du secteur ont subi leur plus forte contraction en près de quatre ans, selon les résultats de l'enquête mensuelle de l'Institute for Supply Management.

Wall Street a également tiré parti de la bonne tenue des Bourses européennes, qui ont été portées par le fait que l'industrie de la région a montré des signes bienvenus de stabilisation après une longue période de marasme, selon les dernières enquêtes auprès des entreprises, qui reflètent parallèlement un ralentissement de la croissance en Asie.

Du côté des valeurs, le titre Zynga a bondi de 10,43% à 3,07 dollars après une information disant que l'éditeur de jeux pourrait remplacer son actuel directeur général Mark Pincus par un dirigeant de Microsoft Don Mattrick.

Benoit Van Overstraeten pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant