Wall Street clôture en baisse

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a terminé sur une note faible mardi, à l'issue d'une séance hésitante, au gré des variations des changes, les investisseurs s'inquiétant des conséquences d'un dollar fort sur les bénéfices des entreprises exportatrices.

La devise américaine a évolué dans les deux sens au cours de la journée et l'indice du dollar face à un panier de devises de référence affiche un gain de 0,14% à la clôture de Wall Street. Face à l'euro, le dollar prend 0,21% autour de 1,0922.

L'indice Dow Jones a perdu 104,90 points, soit 0,58%, à 18.011,14 points. Le S&P-500, plus large, a cédé 12,92 points, soit 0,61%, à 2.091,50 points.

Le Nasdaq Composite a légèrement surperformé, avec une perte de 16,25 points (-0,32%) à 4.994,73 points, soutenu par Google, tout en étant repassé sous les 5.000.

Les statistiques du jour, allant de l'inflation à l'activité manufacturière en passant par les ventes de logements, ont reflété la vigueur de l'économie américaine sans pour autant modifier les attentes en matière de relèvement de taux de la Réserve fédérale.

Les investisseurs spéculent depuis des mois sur le moment que choisira la banque centrale américaine pour commencer à resserrer sa politique monétaire et relever ses taux directeurs.

"Les statistiques sont bonnes, mais pas assez bonnes pour modifier le sentiment que nous aurons un relèvement progressif des taux de la Fed. Après la forte hausse du dollar, les indicateurs de conjoncture ne devraient pas changer la donne, à moins qu'ils ne s'améliorent de façon spectaculaire", dit Art Hogan, responsable de la stratégie chez Wunderlich Securities.

"Les investisseurs pensent que l'économie américaine est la plus forte du monde développé, mais aussi que les actions sont correctement valorisées.", ajoute-t-il.

Aux valeurs, Google a pris 2,15% après l'annonce que la directrice financière de la banque d'affaires Morgan Stanley, Ruth Porat, allait quitter le groupe pour rejoindre le géant de l'internet, où elle occupera les mêmes fonctions.

Twitter a fini en hausse de 6,21% à 51,47 dollars, le titre ayant franchi son seuil de résistance à 50 dollars.

De même, Facebook, en hausse de 1,04%, a atteint un record historique, dans un volume de transaction important.

L'ensemble du secteur technologique a été actif.

Ailleurs, l'action cotée à New York du constructeur automobile Fiat Chrysler a gagné 1,78% à la suite d'une étude montrant que les coûts du travail du groupe sont nettement inférieurs à ceux de General Motors et Ford.

En revanche, la compagnie pétrolière Whiting Petroleum, qui a mis sur le marché 35 millions d'actions ordinaires dans le but de réduire sa dette, a chuté de 19,48%.

(Rodrigo Campos, Juliette Rouillon pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant