Wall Street cherche, sans y croire, des motifs de rebond

le
0
WALL STREET CHERCHE DES MOTIFS D'OPTIMISME
WALL STREET CHERCHE DES MOTIFS D'OPTIMISME

par Chuck Mikolajczak

NEW YORK (Reuters) - Les investisseurs encore sonnés après le catastrophique début d'année à Wall Street auront bien du mal à trouver des motifs d'optimisme dans les prochains jours.

Aux inquiétudes persistantes sur la croissance chinoise, à l'origine de la débâcle de cette première semaine, viennent s'ajouter des incertitudes sur les résultats des sociétés au quatrième trimestre dont la publication commence lundi.

Dans ce contexte, et malgré les prix bas, il ne faut pas espérer de rebond durable, disent les professionnels.

"Il y a un tsunami de psychologie négative en provenance de la Chine", constate Phil Orlando, stratège chez Federated Investors à New York. "Il n'y a rien d'autre à faire que de se mettre à l'abri et attendre la fin du carnage."

Le Standard & Poor's 500, en repli de 6% en cinq jours, a connu son plus mauvais début d'année depuis 1929. Pour le Dow Jones, en baisse de 6,2%, le début d'année est inédit depuis le début des statistiques en 1897.

Avec ces replis, la configuration technique des indices s'est également dégradée. Le seuil de 1.950 points qui faisait office de niveau de soutien pour le S&P s'est transformé en résistance, et les plus bas d'août 2014 autour de 1.870 font désormais figure de support, laissant l'indice à la merci d'une nouvelle glissade.

Bon nombre de valeurs étant survendues, Jeff Saut, stratège chez Raymond James Financial à St. Petersburg (Floride), s'attend à un rally rapide mais éphémère. "La question est juste de savoir si cela durera un, deux ou trois jours avant qu'on ne retombe", affirme-t-il.

ESTIMATIONS REVUES EN BAISSE POUR LE T4

Le démarrage de la saison des résultats, avec Alcoa qui ouvre le bal lundi après la clôture, suivi de plusieurs grandes banques en fin de semaine, ajoute aux incertitudes d'autant que les analystes revoient leurs estimations à la baisse.

Selon les données Thomson Reuters, les bénéfices du quatrième trimestre sont maintenant attendus en repli de 4,2% en moyenne alors qu'il y a une semaine le consensus les donnait en baisse de 3,7%. Ce pessimisme contraste avec la hausse de 1,1% qui était prévue le 1er octobre, au début du trimestre.

"Il y a beaucoup de prudence avant la saison des résultats", commente Ken Polcari, responsable du trading chez O'Neil Securities in New York. Les premières publications permettront de voir "si les investisseurs commencent à être rassurés -- ou pas", ajoute-t-il.

Des résultats conformes ou supérieurs aux attentes viendraient confirmer la résistance de l'économie américaine face aux chocs extérieurs, comme déjà montrés par les chiffres robustes des créations d'emploi de décembre publiés vendredi.

Une éventuelle stabilisation des marchés chinois, peut-être déjà amorcée vendredi, permettrait de remettre l'accent sur l'environnement économique plus favorable aux Etats-Unis, note ainsi Kate Warne, stratège chez Edward Jones à St. Louis.

"La résilience des Etats-Unis est essentielle", estime-t-elle. "Ce n'est pas un super environnement mais c'est un environnement correct."

Principal indicateur économique de la semaine à venir, les ventes au détail de décembre, publiées vendredi, viendront ou non appuyer ce sentiment.

(Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant