Wall Street cède 0,33%, marque une pause dans son cycle haussier

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini en légère baisse mardi tout en restant proche de son plus haut de quatre ans, bon nombre de poids lourds de la cote atteignant de nouveaux pics à la faveur de la tendance des gérants de portefeuille à se renforcer pour la clôture du trimestre sur les valeurs qui ont le mieux performé.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a cédé 0,33%, soit 43,90 points, à 13.197,73 points . Le S&P-500, plus large, a reculé de 3,99 points, soit 0,28%, à 1.412,52 points. Le Nasdaq Composite a perdu de son côté 2,22 points (-0,07%) à 3.120,35 points.

Pour autant, l'indice S&P 500 est bien parti pour inscrire sa plus solide performance trimestrielle depuis le troisième trimestre 2009.

Le premier trimestre de l'année 2012 se finissant vendredi, les gérants "nettoient" leurs portefeuilles en achetant les titres qui se sont les mieux comportés.

Et ils sont nombreux puisque 80% des composants du S&P 500 évoluant à un niveau supérieur à leur moyenne mobile sur six mois.

L'action Apple a inscrit en séance un nouveau record, à 616,28 dollars, ce qui correspond à une capitalisation boursière de près de 575 milliards de dollars. La valeur a terminé à 614,48 dollars (+1,24%)

Le titre Disney a fini en baisse de 0,52% à 44,15 dollars après avoir atteint en séance un plus haut de 52 semaines à 44,50 dollars. Les actions Pfizer et Home Depot ont également inscrit des pics d'un an, à respectivement 22,80 dollars et 50,34 dollars.

Après la hausse de plus de 1% lundi à la suite des déclarations de Ben Bernanke, président de la Réserve fédérale, disant que la politique monétaire accommodante resterait en place, Wall Street montre néanmoins des signes d'essoufflement.

"Les analystes techniques pensent qu'il y aura un reflux du marché mais quand tout le monde l'attend, il arrive rarement. C'est pour cela que l'argent continue d'affluer", a déclaré Tim Ghriskey, chargé des investissements chez Solaris Asset Management.

Le S&P 500 affiche déjà une progression de 12,6% depuis le début de l'année et certains investisseurs pensent qu'une poursuite de cette avancée peut s'avérer problématique.

L'actuel cycle haussier, déjà en cours depuis près de six mois, a notamment été initié par des mesures de soutien à l'économie prises par les grandes banques centrales à travers le monde.

La confiance du consommateur américain a fléchi en mars et ses anticipations d'inflation n'ont jamais été aussi élevées depuis 10 mois, selon l'indice du Conference Board publié mardi.

Les marchés ont également pris connaissance d'une autre statistique américaine relativement morose. Les prix des maisons individuelles n'ont pas varié en janvier, laissant penser que ce secteur en difficulté peine à remonter la pente, montre l'indice S&P Case-Shiller publié mardi.

Benoit Van Overstraeten pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant